CREDIT AGRICOLE SA : Résultats du 3ème trimestre et 9 mois 2023 - Très bons résultats
TRÈS BONS RÉSULTATS  
           
T3 - 2023 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   GROUPE CRÉDIT AGRICOLE  
    Publié Sous-jacent     Publié Sous-jacent    
Revenus   6 343 m€+19,2% T3/T3 6 060 m€+13,4% T3/T3     9 249 m€+12,5% T3/T3 8 847 m€+7,3% T3/T3    
Charges hors FRU   - 3 376 m€ +8,0% T3/T3 - 3 376 m€+8,3% T3/T3     - 5 265 m€+6,5% T3/T3 - 5 265 m€+6,7% T3/T3    
Résultat Brut d’Exploitation   2 967 m€+35,2% T3/T3 2 684 m€+20,6% T3/T3     3 984 m€+21,5% T3/T3 3 582 m€+8,2% T3/T3    
Coût du risque           - 429 m€    +19,3% T3/T3 - 429 m€    +19,3% T3/T3     - 693 m€ +9,0% T3/T3 - 693 m€ +9,0% T3/T3    
RNPG   1 748 m€+32,8 T3/T3 1 520 m€+23,0% T3/T3     2 384 m€ +21,0% T3/T3 2 068 m€+9,3% T3/T3    
Coex (hors FRU)   53,2%-5,5 pp T3/T3 55,7%-2,6 pp T3/T3     56,9% -3,2 pp T3/T3 59,5 %-0,3 pp T3/T3    
Variations T3/T3 sont en pro-forma IFRS17   RÉSULTATS DE HAUT NIVEAU ET RENTABILITÉ ÉLEVÉE  
  • Revenus en forte hausse (+13,4% T3/T3 sous-jacent), portée par tous les pôles métiers :
    • Revenus bénéficiant d’un flux continu de partenariats et de projets de développement, avec notamment ce trimestre l’intégration des activités européennes de RBC IS
    • Adaptation progressive de la Banque de proximité au nouvel environnement de taux et stabilisation de la MNI tant en France – toujours marquée toutefois par le ralentissement de l’activité de crédit – qu’à l’international ; reprise de la croissance des dépôts
    • Activité soutenue en gestion d’actifs, avec une forte collecte sur l’ensemble des classes d’actifs ainsi que sur les JV, et en Assurance, avec une collecte nette UC positive et une activité dynamique en dommage et prévoyance
    • Revenus T3 de haut niveau pour la Banque de financement et d’investissement avec de bonnes performances tant de la banque de marché (FICC) et d’investissement que des financements structurés et du cash management
    • Crédit à la consommation bénéficiant de la dynamique commerciale sur l’automobile, permettant de compenser en partie la baisse de la production dans les autres secteurs d’activité en France
  • Charges maîtrisées dans le contexte inflationniste, +8,3% T3/T3 (sous-jacent hors FRU) principalement liée aux effets périmètre (intégration de CA Auto Bank et RBC IS)
  • Coefficient d’exploitation à 53,4% 9M-23 (sous-jacent hors FRU) inférieur à la cible PMT
  • ROTE à 13,5% 9M-23 (sous-jacent) traduisant une rentabilité élevée
  GÉNÉRATION DE CAPITAL CONTINUE
  • CET1 CA S.A. phasé à 11,8% en ligne avec les ambitions de croissance et de distribution
  • CET1 GCA phasé à 17,5% (820 pb>SREP)
  QUALITÉ DE L’ACTIF ET PROFIL DE LIQUIDITÉ TRÈS SOLIDES
  • LCR 150,8% et 419 Mds€ de réserves de liquidité au niveau du Groupe Crédit Agricole
  • Stock de provisions pour encours sains 20,9 Mds€ et taux de couverture 82,7% pour GCA
  TRANSITION ENÉRGÉTIQUE
  • Structuration du nouveau métier Crédit Agricole Transitions & Énergies (CATE) et constitution de l’offre d’énergéticien des territoires
  • Poursuite des travaux sur les engagements Net Zéro dans le cadre de Stratégie Climat et annonce du Workshop Climat qui se tiendra le 14 décembre 2023
 
 
  Dominique Lefebvre, Président de la SAS Rue La Boétie et Président du Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A.   « Le Groupe réalise de très bons résultats trimestriels. Il poursuit sa mobilisation en faveur de l’accès à la propriété et au logement, ainsi que l’accompagnement des transformations sociétales de long terme. Je tiens à remercier nos élus, nos sociétaires et l’ensemble de nos collaborateurs qui agissent chaque jour au service de leurs clients et des territoires avec engagement et professionnalisme. »  
 
  Philippe Brassac,Directeur général de Crédit Agricole S.A.   « A nouveau de très bons résultats qui s’inscrivent naturellement dans l’extension permanente du modèle du Groupe. »      

Ce communiqué de presse commente les résultats de Crédit Agricole S.A. ainsi que ceux du Groupe Crédit Agricole, qui regroupe les entités de Crédit Agricole S.A. et les Caisses régionales du Crédit Agricole, lesquelles détiennent 59,7% de Crédit Agricole S.A. Les éléments spécifiques qui, retraités des différents soldes intermédiaires auxquels ils se rapportent, permettent de calculer les résultats sous-jacents, sont détaillés dans les annexes de ce communiqué. Tous les chiffres 2022 sont présentés en pro forma IFRS17.

Groupe Crédit Agricole

Activité du Groupe

L’activité commerciale connait un ralentissement des activités de banque de détail en France ce trimestre compensé par les bonnes performances des autres métiers. Sur le troisième trimestre 2023, la conquête brute s’établit à 445 000 clients en Banque de proximité (contre + 460 000 nouveaux clients au troisième trimestre 2022), et le fonds de commerce progresse de +82 000 clients1 (contre +105 000 clients au troisième trimestre 2022). Plus spécifiquement sur le trimestre, le Groupe a conquis +353 000 nouveaux clients en banque de proximité en France et +92 000 nouveaux clients en banque de proximité à l’international (Italie et Pologne) et le fonds de commerce croît respectivement +61 000 et +20 000 clients.

Le ralentissement de l’activité de détail observé en France se traduit par une baisse de la production de crédits en Banque de proximité en France. Ainsi, entre le deuxième trimestre 2023 et le troisième trimestre 2023, la production a baissé de -12% en Caisses régionales et de -3,2% chez LCL. En crédit à la consommation, la production baisse également de -2,1% par rapport au troisième trimestre 2022, reflétant la sélectivité accrue des dossiers de crédits, néanmoins la production automobile est restée dynamique, augmentant de +6,7% par rapport au troisième trimestre 2022. Enfin, au sein de CA Italia, la production de crédits est en forte reprise augmentant de +19% en Italie par rapport au deuxième trimestre 2023.

Le ralentissement en activité de détail en France est néanmoins compensé par les bonnes performances des autres métiers. En effet, la banque de financement et d’investissement présente les meilleurs neuf premiers mois en termes de produit net bancaire et de résultat en 2023, et un troisième trimestre de haut niveau, avec de bonnes performances tant en banque de marché et d’investissement qu’en financements structurés et cash management. Elle continue d’afficher des positions de premier plan, 1er en crédits syndiqués en France2, 2ème en émission de green, social and sustainable bonds3 en euros, 2ème en all bonds en euros dans le monde2. La gestion d’actifs s’appuie sur une forte collecte ce trimestre (13,7 milliards d’euros) avec une contribution positive de toutes les classes d’actifs (actifs moyen long terme et trésorerie) et des joint-ventures. Les assurances bénéficient également d’une collecte nette positive en unité de compte, avec un taux d’unité de compte sur la collecte brute s’établissant à 40,3% ce trimestre; le taux d’équipement assurance-dommage est en hausse à 43,1% pour les Caisses régionales (+0,5 point de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2022), 27,6% pour LCL (+0,5 point de pourcentage), 18,3% chez CA Italia (+2,2 points de pourcentage) le chiffre d’affaires assurance dommage progresse de +8,9% par rapport au troisième trimestre 2022 ; et l’activité est dynamique en prévoyance (chiffre d’affaires en hausse de +22% par rapport au troisième trimestre 2022).

Enfin, les encours de collecte au bilan en Banque de proximité, s’établissant à 807 milliards d’euros4, ont cru à nouveau ce trimestre avec une augmentation +1,3% par rapport à juin 2023 (contre +0,5% en juin 2023 par rapport à mars 2023) dont +1,4% pour les Caisses régionales, +0.9% chez LCL et 1,2% pour CA Italia.

Une suite d’acquisitions autofinancées contribuant à la croissance des revenus et délivrant des synergies

Pour soutenir la croissance de ses revenus, Crédit Agricole S.A. s’appuie non seulement sur ses moteurs de croissance organique mais également sur des acquisitions et des partenariats externes, les métiers agissant en consolidateur sur le marché européen. Ces acquisitions depuis 2019 ont toutes été autofinancées et ont généré des synergies de coûts et de revenus. Les opérations externes récentes se sont révélées être des succès avec notamment Santander Securities Services et KAS Bank en 2019, qui ont élargi la couverture géographique du métier Services financiers aux institutionnels (CACEIS), Sabadell Asset Management, qui a augmenté le réseau de distribution, et Lyxor, qui a renforcé les expertises métier de la Gestion d’actifs, et Creval, qui a renforcé le positionnement compétitif et généré des synergies de coûts de la Banque de proximité en Italie.

Depuis, Crédit Agricole S.A. continue à réaliser de nouvelles acquisitions et se doter de nouveaux partenariats et ce selon cinq axes de développement. Tout d’abord, la Banque privée et les Services financiers aux institutionnels ont changé d’échelle via, d’une part, l’opération en cours avec Degroof Petercam5 et, d’autre part, l’acquisition en août 2023 des activités européennes de RBC Investor Services. Ensuite, les Services financiers spécialisés ont développé une offre complète dédiée à la mobilité via la joint-venture Leasys créée avec Stellantis pour devenir leader européen de la location longue durée, la reprise à 100% de CA Auto Bank afin de développer des partenariats avec des constructeurs de plus petite taille ainsi qu’avec des distributeurs indépendants ; l’acquisition de six filiales européennes de ALD et LeasePlan et enfin la création de CA Mobility Services pour créer 20 offres de service d’ici 2026, via notamment : la prise de participation minoritaire dans WATEA6, la création d’une co-entreprise avec Opteven7 et la prise de participation dans le capital d’HiFlow. En parallèle, les Assurances ont étendu leur réseau de distribution via de nouveaux partenariats commerciaux : accord de distribution non-vie et emprunteurs en Italie entre Crédit Agricole Asssurances et Banco BPM8, partenariat Pacifica et Renault (Mobilize Financial Services) pour l’assurance automobile. Enfin, Crédit Agricole S.A. structure les services dans l’immobilier, via l’acquisition des activités de Property management de Casino, et accélère la digitalisation et l’innovation grâce à sa prise de participation dans Worklife9 et, pour les services de paiement, son partenariat avec Wordline10.

Ces acquisitions contribuent à la croissance des revenus de Crédit Agricole S.A. Ainsi, les opérations avec Creval, Lyxor, Santander Securities Services, RBC Investor Services et l’intégration de CA Auto Bank11 généreront un produit net bancaire de l’ordre de 1,9 milliard d’euros12 en 2025 avec un coefficient d’exploitation d’environ 58%13.

Essor du nouveau métier Crédit Agricole Transitions & Energies

Crédit Agricole S.A. structure son nouveau métier Crédit Agricole Transitions & Energies (CATE), qui a dévoilé sa feuille de route en octobre 2023. Celui-ci propose une offre globale couvrant à la fois le conseil en transitions et le développement des énergies renouvelables dans les territoires, via l’accompagnement des financements de projets de transition et la production et fourniture d’énergie décarbonée.

Le conseil en transitions est dédié à l’accompagnement des clients dans leurs démarches de sobriété énergétique et environnementale. CATE s’est ainsi doté d’une gamme de solutions opérées par R314 pour les entreprises et les collectivités publiques, et de la plateforme « J’écorénove mon logement »15 pour les particuliers.

L’offre de financement consiste à apporter une solution financière complète à tous les projets de production d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique avec Unifergie et les entités de financement du Groupe, une offre d’ingénierie financière et juridique, ainsi que des offres de financement dans différents domaines de l’énergie durable (énergies renouvelables, performance énergétique, environnement). D’ici 2030, l’ambition de CATE est de mobiliser 19 milliards d’euros de financement apportés par les entités du groupe Crédit Agricole en France.  Par ailleurs, CATE ambitionne d’investir 1 milliard d’euros pour renforcer les fonds propres des développeurs d’énergies renouvelables et acquérir des actifs de production.

Enfin, CATE va produire et fournir de l'électricité d'origine renouvelable localement au bénéfice des développeurs, des collectivités locales et des consommateurs. CATE vise 2 GW de capacité de production installée à partir des actifs détenus par le Groupe en 2028, et 500.MWh de fourniture d’électricité bas carbone, équivalent à une consommation annuelle de 196 000 habitants, en 2026. Cette offre est opérée par Selfee, dont Crédit Agricole Transitions & Énergies est actionnaire de référence. Selfee est un opérateur du marché de l’électricité qui permet d’acheter en circuit court, à prix local, l’électricité produite sur le territoire en étant l’unique intermédiaire avec le producteur d’énergie.

Résultats du Groupe

Au troisième trimestre 2023, le résultat net part du Groupe publié du Groupe Crédit Agricole s’établit à 2 384 millions d’euros, en hausse de +21,0% par rapport au troisième trimestre 2022.

Les éléments spécifiques de ce trimestre ont un impact cumulé de +317 millions d’euros en résultat net part du Groupe et sont composés d’éléments comptables récurrents pour +298 millions d’euros et d’éléments non récurrents pour +19 millions d’euros. Les éléments récurrents correspondent principalement à la reprise de la provision Epargne Logement de + 297 millions d’euros (+38 millions d’euros pour LCL, +171 millions d’euros pour AHM et +88 millions d’euros pour les Caisses régionales) ; les autres éléments récurrents se compensent entre la partie spread émetteur de la FVA16 et le secured lending (+2 millions d’euros) et les couvertures de portefeuilles de prêts (-1 million d’euros). Les éléments non récurrents sont liés à la poursuite de la réorganisation des activités Mobilité17 sur le pôle SFS (+19 millions d’euros).

Retraité de ces éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent18 du Groupe Crédit Agricole atteint 2 068 millions d’euros, en hausse de +9,3% par rapport au troisième trimestre 2022.

Résultats consolidés du Groupe Crédit Agricole au T3-2023 et au T3-2022

En m€ T3-23publié Eléments spécifiques T3-23sous-jacent T3-22publié Eléments spécifiques T3-22sous-jacent ∆ T3/T3publié ∆ T3/T3sous-jacent
                 
Produit net bancaire 9 249 402 8 847 8 222 (22) 8 244 +12,5% +7,3%
Charges d'exploitation hors FRU (5 265) 0 (5 265) (4 943) (9) (4 934) +6,5% +6,7%
FRU - - - - - - ns ns
Résultat brut d'exploitation 3 984 402 3 582 3 280 (30) 3 310 +21,5% +8,2%
Coût du risque de crédit (693) 0 (693) (636) - (636) +9,0% +9,0%
Sociétés mises en équivalence 37 (26) 63 111 - 111 (66,8%) (43,0%)
Gains ou pertes sur autres actifs 69 61 9 6 - 6 x 10,7 +32,2%
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - ns ns
Résultat avant impôt 3 397 436 2 961 2 762 (30) 2 792 +23,0% +6,0%
Impôt (810) (120) (691) (736) 6 (742) +10,0% (7,0%)
Résultat net des activité arrêtées ou en cours de cession 2 - 2 123 101 22 (98,7%) (92,4%)
Résultat net 2 588 317 2 272 2 149 77 2 071 +20,5% +9,7%
Intérêts minoritaires (204) - (204) (178) 2 (180) +14,9% +13,5%
Résultat net part du Groupe 2 384 317 2 068 1 971 79 1 892 +21,0% +9,3%
Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 56,9%   59,5% 60,1%   59,8% -3,2 pp -0,3 pp

Au troisième trimestre 2023, le produit net bancaire sous-jacent s’élève à 8 847 millions d'euros, en hausse de +7,3% par rapport au troisième trimestre 2022, expliquée par le pôle Gestion de l’épargne et assurances (+9,6%) bénéficiant d’une hausse des revenus de l’assurance, le pôle Services Financiers Spécialisés (+26,2%) qui inclut une intégration ligne à ligne de CA Auto Bank depuis le deuxième trimestre de 2023 ainsi que la reprise, ce trimestre, des activités ALD et Leaseplan dans six pays européens17. Les revenus du pôle Banque de proximité à l’international progressent de +24,0% avec une marge nette d’intérêts en cours de stabilisation mais toujours bien orientée, à la fois en Italie, en Pologne et en Egypte. Les revenus du pôle Banque de Proximité France (- 3,2%) reculent sous l’effet de la hausse du coût de refinancement et des ressources clientèles. Le pôle Grandes clientèles affiche des revenus en hausse de +17,4%, bénéficiant d’un niveau historique de revenus en BFI (+9% par rapport au neuf premiers mois 2022).

Les charges d’exploitation sous-jacentes hors fonds de résolution unique (FRU) s’établissent à -5 265 millions d’euros, en hausse de +6,7% par rapport au troisième trimestre 2022. Cette hausse s’explique d’abord par un effet périmètre de -178 millions d’euros lié à la consolidation de CA Auto Bank au sein du pôle Services financiers spécialisés et des activités RBC IS Europe au sein du pôle Services financiers aux institutionnels, et également par l’effet de la hausse des rémunérations salariales, des provisions pour la rémunération variable, ainsi que des investissements et des frais d’IT. Au global, le Groupe affiche un coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU à 59,5%, en baisse de -0,3 point de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2022 et le résultat brut d’exploitation sous-jacent à 3 582 millions d’euros, en hausse de +8,2% sur la même période.

Le coût du risque de crédit sous-jacent augmente de façon modérée à -693 millions d’euros, soit une hausse de +9,0% par rapport au troisième trimestre 2022 qui s’élevait à -636 millions d’euros. La charge de -693 millions d’euros sur le troisième trimestre 2023 se décompose en une reprise sur encours sains (niveau 1 et 2) de +28 millions d’euros (contre une dotation de -209 millions d’euros au troisième trimestre 2022) lié au passage en défaut de certains dossiers, un provisionnement de -724 millions d’euros pour risque avéré (niveau 3), contre -498 millions d’euros au troisième trimestre 2022), dégradation liée à la hausse du risque avéré sur la banque de détail et le crédit à la consommation, et enfin une reprise de +3 millions d’euros de risques autres. Les niveaux de provisionnement ont été déterminés en tenant compte de plusieurs scénarios économiques pondérés, comme lors des précédents trimestres, et en appliquant des ajustements forfaitaires sur des portefeuilles sensibles. Les scénarios économiques pondérés du deuxième trimestre ont fait l’objet d’une mise à jour, avec un scénario favorable (PIB à +1% en France en 2023, +2,4% en 2024) et un scénario défavorable (PIB à +0,1% en France en 2023 et -0,1% en 2024). Le coût du risque sur encours19 sur quatre trimestres glissants atteint 25 points de base, soit en ligne avec l’hypothèse du Plan à Moyen Terme à 25 points de base. Il atteint 24 points de base en vision trimestrielle annualisée20.

Le résultat avant impôt sous-jacent s’établit à 2 961 millions d'euros, en hausse de +6,0% par rapport au troisième trimestre 2022. Le résultat avant impôt sous-jacent intègre la contribution des sociétés mises en équivalence pour 63 millions d’euros (en baisse de -43,0%, notamment expliqué par la consolidation ligne à ligne de CA Auto Bank) ainsi que le résultat net sur autres actifs qui atteint 9 millions d’euros ce trimestre. La charge d’impôt sous-jacente est en baisse de -7,0% sur la période. Le résultat net sous-jacent avant déduction des minoritaires est en hausse de +9,7% pour s’établir à 2 272 millions d’euros. Les intérêts minoritaires augmentent de +13,5%. Enfin, le résultat net part du Groupe sous-jacent s’établit à 2 068 millions d’euros, en hausse de +9,3% par rapport au troisième trimestre 2022.

Résultats consolidés du Groupe Crédit Agricole au 9M-23 et au 9M-22
 

 

En m€ 9M-23publié Eléments spécifiques 9M-23sous-jacent 9M-22publié Eléments spécifiques 9M-22sous-jacent ∆ 9M/9Mpublié ∆ 9M/9Msous-jacent
                 
Produit net bancaire 27 722 758 26 965 25 953 543 25 410 +6,8% +6,1%
Charges d'exploitation hors FRU (15 782) (18) (15 764) (15 021) (90) (14 931) +5,1% +5,6%
FRU (620) - (620) (803) - (803) (22,8%) (22,8%)
Résultat brut d'exploitation 11 321 739 10 581 10 129 453 9 677 +11,8% +9,3%
Coût du risque de crédit (2 179) (84) (2 095) (2 139) (195) (1 944) +1,9% +7,7%
Sociétés mises en équivalence 190 (39) 229 323 - 323 (41,0%) (29,0%)
Gains ou pertes sur autres actifs 107 89 18 41 - 41 x 2,6 (56,0%)
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - ns ns
Résultat avant impôt 9 438 705 8 733 8 354 258 8 096 +13,0% +7,9%
Impôt (2 293) (180) (2 113) (2 211) (117) (2 094) +3,7% +0,9%
Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession 7 - 7 148 94 53 (95,0%) (86,2%)
Résultat net 7 153 525 6 628 6 291 235 6 056 +13,7% +9,4%
Intérêts minoritaires (619) (0) (619) (539) 13 (552) +14,7% +12,1%
Résultat net part du Groupe 6 534 525 6 009 5 752 248 5 504 +13,6% +9,2%
Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 56,9%   58,5% 57,9%   58,8% -0,9 pp -0,3 pp

Sur les neuf premiers mois 2023, le résultat net part du Groupe publié est de 6 534 millions d'euros, contre 5 752 millions d'euros sur les neuf premiers mois 2022, soit une hausse de +13,6%.

Les éléments spécifiques pour les neuf premiers mois 2023 ont un effet positif de +525 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe publié et sont composés d’éléments comptables récurrents pour +262 millions d’euros et d’éléments non récurrents pour +263 millions d’euros. Les éléments récurrents correspondent principalement à la reprise de la provision Epargne Logement de + 297 millions d’euros, déjà mentionnés supra, ainsi que les éléments de volatilité comptable du pôle Grandes clientèles (-15 millions d’euros sur la DVA et -19 millions d’euros sur les couvertures de portefeuilles de prêts). Les éléments non récurrents sont liés à la réorganisation des activités Mobilité21 sur le pôle Services financiers spécialisés (+159 millions d’euros), ainsi que la reprise de la provision pour amende Echanges Images Chèques (+104 millions d’euros).

Hors éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent s’élève à 6 009 millions d'euros, en hausse de +9,2% par rapport aux neuf premiers mois 2022.

Le produit net bancaire sous-jacent s’élève à 26 965 millions d’euros, en hausse de +6,1% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Cette hausse s’explique par un très haut niveau de revenus sur l’ensemble des métiers du pôle Gestion de l’épargne et Assurances, l’intégration ligne à ligne de CA Auto Bank au sein du pôle Services financiers spécialisés, un très haut niveau de revenus sur le pôle Grandes clientèles et la hausse de la marge nette d’intérêts au sein du pôle Banques de proximité à l’international ; a contrario, les revenus du pôle Banques de proximité France sont impactés par la baisse de la marge d’intérêts.

Les charges d’exploitation sous-jacentes hors FRU s’élèvent à -15 764 millions d’euros, en hausse de +5,6 % par rapport aux neuf premiers mois 2022, intégrant notamment l’effet périmètre lié à la consolidation ligne à ligne de CA Auto Bank au sein du pôle Services financiers spécialisés depuis le deuxième trimestre 2023 et la consolidation des activités RBC IS Europe au sein du pôle Services financiers aux institutionnels au troisième trimestre 2023. Le reste de la hausse s’explique par l’augmentation des rémunérations dans un contexte inflationniste, ainsi que la hausse des dépenses IT. Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU s’établit à 58,5% en baisse de -0,3 point de pourcentage par rapport à celui des neuf premiers mois de l’année 2022. Le FRU s’élève à -620 millions d’euros en 2023, en baisse de -22,8 % par rapport à 2022.

Ainsi, le résultat brut d’exploitation sous-jacent atteint 10 581 millions d’euros, en hausse de +9,3 % par rapport aux neuf premiers mois 2022.

Le coût du risque sous-jacent s’établit à -2 095 millions d’euros (dont -193 millions d’euros de coût du risque sur encours sains (niveau 1 et 2), -1 885 millions d’euros de coût du risque avéré, et - 16 millions d’euros de risques autres), soit une hausse de +7,7% par rapport aux neuf premiers mois 2022.

Au 30 septembre 2023, les indicateurs de risque confirment la qualité de l’actif du groupe Crédit Agricole et du niveau de couverture de ses risques. Le portefeuille de prêts est diversifié, plutôt orienté habitat (46% des encours bruts) et entreprises (32% des encours bruts). Le stock de provisions s’élève à 20,9 milliards d’euros à (dont 11 milliards d’euros pour les Caisses régionales), dont 42% de provisions sur encours sains (48% pour les Caisses régionales). Le stock de provisions sur encours sains a augmenté, au niveau du Groupe, de +3,3 milliards d’euros depuis le quatrième trimestre 2019. La gestion prudente de ce stock de provisions permet au Groupe Crédit Agricole de présenter l’un des meilleurs22 taux de couverture global des créances douteuses (à 82,7% à fin septembre 2023) parmi les grandes banques européennes.

Le résultat sous-jacent avant impôts, activités cédées et minoritaires ressort à 8 733 millions d’euros, en hausse de +7,9% par rapport aux neuf premiers mois 2022. La charge d’impôt est de -2 113 millions d’euros, en en légère hausse de +0,9%, avec un taux d’impôt effectif sous-jacent s’établissant à 24,8%.

Le résultat net part du Groupe sous-jacent s’établit ainsi à 6 009 millions d’euros, en hausse de + 9,2% par rapport aux neuf premiers mois 2022

NB : Sauf mention contraire, les résultats par pôle métier sont commentés ci-après sur la base des résultats publiés.

Caisses régionales

Sur le trimestre, la conquête brute est en hausse avec +268 000 nouveaux clients et le fonds de commerce croît de +44 000 nouveaux clients. Le nombre de clients actifs sur les outils digitaux augmente, l’application Ma Banque affiche à présent 9,0 millions23 d’utilisateurs et le nombre de signatures en ligne24 est en progression de +22% entre le troisième trimestre 2022 et le troisième trimestre 2023. La bonne performance de l’offre « Ma banque Au Quotidien » pour les clients particuliers permet une augmentation et une amélioration du stock de cartes (+2,0 % sur un an, avec une part de 14,4 % pour les cartes haut de gamme). Le taux d’équipement sur l’assurance dommage est de 43,1% à fin septembre 2023, en hausse de + 0,5 point par rapport à septembre 2022).La production de crédit est en baisse de -25,0% par rapport au troisième trimestre 2022 et de -11,9% par rapport au deuxième trimestre 2023. La baisse est marquée sur l’habitat (-36,1% par rapport au troisième trimestre 2022) mais elle reste inférieure à celle du marché25. Le taux à la production des crédits habitat est en hausse par rapport au deuxième trimestre 2023 de + 48 points de base et le taux moyen à l’octroi sur 20 à 25 ans est de 3,99% début octobre 2023. Les encours de crédit atteignent 644,9 milliards d’euros à fin septembre 2023 (+3,5% par rapport à fin septembre 2022 et +0,4% par rapport à fin juin 2023) tirés par le marché des entreprises (+6,0% par rapport au troisième trimestre 2022).Les encours de collecte globale sont en hausse de +3,3% sur un an et atteignent 871,9 milliards d’euros à fin septembre 2023. Cette croissance est notamment portée par les encours de collecte bilan, qui atteignent 586,9 milliards d’euros à fin septembre 2023, en progression de +2,5% par rapport à fin septembre 2022. Par rapport au deuxième trimestre 2023, la collecte bilan progresse de +1,4% grâce à une augmentation des dépôts à terme de +15,6%. Les dépôts à vue et les livrets sont stables sur le trimestre. Les encours de collecte hors-bilan s’établissent à 284,9 milliards d’euros à fin septembre 2023, en hausse de +5,0% sur un an. La collecte nette hors-bilan est globalement positive sur le trimestre, portée par une collecte nette de +0,7 milliards d’euros sur les valeurs mobilières.Au troisième trimestre 2023, le produit net bancaire publié des Caisses régionales y compris dividende SAS Rue La Boétie26 s’élève à 3 291 millions d’euros, en hausse de +0,8% par rapport au troisième trimestre 2022. La marge d’intermédiation baisse de -17,6% (hors reprise de provisions épargne logement de 118 millions d’euros) en lien avec la hausse du coût de refinancement partiellement compensée par la hausse du rendement des crédits et la macro-couverture. La marge d’intermédiation progresse cependant légèrement entre le deuxième et le troisième trimestre 2023 (hors reprise de provision épargne logement). Le PNB de portefeuille est en hausse au troisième trimestre 2023 compte tenu d’effets de marché plus favorables qu’au troisième trimestre 2022. Les commissions restent bien orientées à +4,7% grâce à une bonne dynamique sur les moyens de paiement et sur l’assurance. L’augmentation des charges d’exploitation est de +4,3% sur la période liée notamment à celle des charges de personnel. Le résultat brut d’exploitation est en baisse de -6,7%. Le coût du risque est en baisse de -5,8% par rapport au troisième trimestre 2022 et s’élève à -257 millions d’euros. Le résultat net part du Groupe des Caisses régionales s’élève à 565 millions d’euros au troisième trimestre 2023, en baisse de -3,8% en comparaison au troisième trimestre 2022. La contribution des Caisses régionales aux résultats du Groupe Crédit Agricole s’élève à 587 millions d’euros (-6,5%) en résultat net part du Groupe publié au troisième trimestre 2023, avec un produit net bancaire à 3 345 millions d’euros (+0,3%) et un coût du risque à -254 millions d’euros (-6,8%).Sur les neuf premiers mois 2023, le produit net bancaire y compris dividende SAS Rue La Boétie est en baisse (-4,9%) par rapport aux neuf premiers mois 2022. Les charges d’exploitation progressent de +3,5% et le résultat brut d’exploitation est par conséquent en baisse de -16,3% sur les neuf premiers mois 2023. Enfin, avec un coût du risque en légère hausse de +0,4%, le résultat net part du Groupe des Caisses régionales y compris dividende SAS Rue La Boétie s’élève à 3 037 millions d’euros, en baisse de -15,8% par rapport aux neuf premiers mois 2022.La contribution des Caisses régionales aux résultats du Groupe Crédit Agricole des neuf premiers mois 2023 s’élève à 1 420 millions d’euros (-34,5%) en résultat net part du groupe publié, avec un produit net bancaire à 10 032 millions d’euros (-6,8%) et un coût du risque à -831 millions d’euros (+0,2%).

Crédit Agricole S.A.

Résultats

Le Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Dominique Lefebvre le 7 novembre 2023, a examiné les comptes du troisième trimestre 2023.

Résultats consolidés de Crédit Agricole S.A. au T3-2023 et au T3-2022

En m€ T3-23publié Eléments spécifiques T3-23sous-jacent T3-22publié Eléments spécifiques T3-22sous-jacent ∆ T3/T3publié ∆ T3/T3sous-jacent
Produit net bancaire 6 343 284 6 060 5 321 (22) 5 343 +19.2% +13.4%
Charges d'exploitation hors FRU (3 376) 0 (3 376) (3 127) (9) (3 118) +8.0% +8.3%
FRU - - - - - - ns ns
Résultat brut d'exploitation 2 967 284 2 684 2 195 (30) 2 225 +35.2% +20.6%
Coût du risque de crédit (429) 0 (429) (360) - (360) +19.3% +19.3%
Sociétés mises en équivalence 23 (26) 50 102 - 102 (77.2%) (51.2%)
Gains ou pertes sur autres actifs 69 61 8 5 - 5 x 12.6 +52.8%
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - ns ns
Résultat avant impôt 2 630 318 2 312 1 942 (30) 1 973 +35.4% +17.2%
Impôt (633) (89) (544) (533) 6 (539) +18.8% +0.9%
Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession 2 - 2 123 101 22 ns ns
Résultat net 1 999 229 1 770 1 533 77 1 455 +30.4% +21.6%
Intérêts minoritaires (251) (2) (250) (217) 2 (219) +15.8% +13.9%
Résultat net part du Groupe 1 748 227 1 520 1 316 79 1 236 +32.8% +23.0%
Bénéfice par action (€) 0.53 0.07 0.46 0.41 0.03 0.38 +30.1% +19.5%
Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 53.2%   55.7% 58.8%   58.4% -5.5 pp -2.6 pp

Au troisième trimestre 2023, le résultat net part du Groupe publié de Crédit Agricole S.A. s’élève à                       1 748 millions d’euros, soit une hausse de +32,8% par rapport au troisième trimestre 2022.

Les éléments spécifiques de ce trimestre ont un impact cumulé de +227 millions d’euros en résultat net part du Groupe et sont composés d’éléments comptables récurrents pour +208 millions d’euros et d’éléments non récurrents pour +19 millions d’euros. Les éléments récurrents correspondent principalement à la reprise de la provision Epargne Logement de + 208 millions d’euros (+37 millions d’euros sur LCL et +171 millions d’euros sur AHM) ; les autres éléments récurrents se compensent entre la partie spread émetteur de la FVA27 et le secured lending (+2 millions d’euros) et les couvertures de portefeuilles de prêts (-1 million d’euros). Les éléments non récurrents sont liés à la poursuite de la réorganisation des activités Mobilité28 sur le pôle SFS (+19 millions d’euros).

Hors éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent29 s’établit à 1 520 millions d’euros, en hausse de +23,0% par rapport au troisième trimestre 2022.

Les revenus sous-jacents atteignent 6 060 millions d’euros, en hausse de +13,4% par rapport au troisième trimestre 2022, portée par la croissance des revenus dans l’ensemble des métiers. Le pôle Gestion de l’épargne et Assurances enregistre une hausse de +10,2%, notamment grâce à la hausse des revenus de l’Assurance (+19,4%), impactés défavorablement par des événements climatiques au deuxième trimestre 2022. Les revenus du pôle Services financiers spécialisés sont en hausse de +26,2% (+26,3% en vision publiée), bénéficiant de l’intégration de CA Auto Bank30 et de la reprise des activités d’ALD / LeasePlan ce trimestre. Les revenus du pôle Grandes clientèles sont en hausse de + 17,4%, grâce à une très bonne performance de la BFI (+9,2%), notamment sur FICC (+25,6%) et des revenus du pôle Services financiers aux institutionnels (+51,5%) bénéficiant de l’intégration des activités européennes de RBC IS Europe31. Les revenus du pôle Banque de proximité en France sont en légère amélioration de +0,4%32 sous l’effet de la stabilisation de la marge nette d’intérêt ce trimestre. Enfin, les revenus du pôle Banque de proximité à l’international progressent de +24,1%, bénéficiant de la hausse de la marge nette d’intérêt pour CA Italia (+48%) ainsi que pour Pologne et Egypte (+81%)33.

Par ailleurs, ce trimestre a fait l’objet d’une analyse sur l’évolution de la marge nette d’intérêt34 (MNI) de Crédit Agricole S.A depuis le premier trimestre 2022, avec un focus spécifique sur les activités de Banque de proximité. La progression positive de la MNI globale dans la contexte de la hausse des taux est liée au modèle diversifié de Crédit Agricole S.A. En effet, la baisse de la MNI de la Banque de proximité en France (LCL) sous l’effet de la hausse du coût des ressources, amortie en partie par les effets de la macrocouverture, est plus que compensée par la hausse de la MNI de la Banque de proximité à l’international (BPI) compte tenu de la structure des actifs.

Les charges d’exploitation sous-jacentes s’élèvent à -3 376 millions d’euros, en hausse de +8,3% par rapport au troisième trimestre 2022, soit une hausse de -258 millions d’euros. Cette évolution intègre un effet périmètre de -178 millions d’euros35, lié à la consolidation de CA Auto Bank au sein du pôle Services financiers spécialisés et des activités RBC IS Europe au sein du pôle Services financiers aux institutionnels. Le solde provient notamment de la hausse de la masse salariale pour -93 millions d’euros (principalement en Banque de financement et d’investissement, Banque de proximité en Italie et LCL), les provisions pour rémunérations variables et bonus pour -58 millions d’euros (notamment en Banque de financement et d’investissement) et les investissements informatiques de - 26 millions d’euros (principalement en Grandes clientèles). Par ailleurs, les charges bénéficient d’un effet impôts et taxes favorables de +43 millions d’euros sur un an.

Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU s’établit ainsi à 55,7% au troisième trimestre 2023, en amélioration de -2,6 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2022.

Le résultat brut d’exploitation sous-jacent s’établit à 2 684 millions d’euros, en hausse de +20,6%.

Au 30 septembre 2023, les indicateurs de risque confirment la qualité des actifs de Crédit Agricole S.A. et du niveau de couverture de ses risques. Le portefeuille de prêts est diversifié, plutôt orienté habitat (27% des encours bruts) et entreprises (42% des encours bruts de Crédit Agricole S.A.). Le taux de créances douteuses augmente légèrement par rapport au trimestre précédent et demeure toujours bas à 2,7% (+0,1 point de pourcentage). Le taux de couverture36, élevé, à 70,7%, est en baisse légère de -0,7 point de pourcentage sur le trimestre. Le stock total de provisions s’établit à 9,8 milliards d’euros pour Crédit Agricole S.A, en hausse (+1,2%) par rapport à fin juin 2023. Sur ce stock de provisions, 35% sont liés au provisionnement des encours sains. Le stock de provisions pour encours sains est en hausse de +1,4 milliard d’euros par rapport au quatrième trimestre 2019.

Le coût du risque de crédit sous-jacent est en dégradation à -429 millions d’euros, soit une hausse de +19,3% par rapport au troisième trimestre 2022 qui s’élevait à -360 millions d’euros. La charge de -429 millions d’euros sur le troisième trimestre 2023 se décompose en une reprise sur encours sains (niveau 1 et 2) de +59 millions d’euros (contre une dotation de -42 millions d’euros au troisième trimestre 2022) lié au passage en défaut de certains dossiers, un provisionnement de -487 millions d’euros pour risque avéré (niveau 3 - contre -377 millions d’euros au troisième trimestre 2022), dégradation liée à la hausse du risque avéré sur la banque de détail et le crédit à la consommation, et enfin une dotation de -1 million d’euros pour risques autres. Les niveaux de provisionnement ont été déterminés en tenant compte de plusieurs scénarios économiques pondérés, comme lors des précédents trimestres, et en appliquant des ajustements forfaitaires sur des portefeuilles sensibles. Les scénarios économiques pondérés du deuxième trimestre ont fait l’objet d’une mise à jour, avec un scénario favorable (PIB à +1% en France en 2023, +2,4% en 2024) et un scénario défavorable (PIB à +0,1% en France en 2023 et -0,1% en 2024). Le coût du risque sur encours sur quatre trimestres glissants37 atteint 33 points de base, soit en ligne avec l’hypothèse du Plan à Moyen Terme à 40 points de base et 33 points de base en vision trimestrielle annualisée38.

La contribution sous-jacente des sociétés mises en équivalence ressort à 50 millions d’euros (-51,2% par rapport au troisième trimestre 2022) et le résultat net sur autres actifs s’établit à 8 millions d’euros (+ 3 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2022) ; les variations sur ces deux catégories du compte de résultat ayant été impactées par un effet périmètre avec la consolidation ligne à ligne de CA Auto Bank au sein du pôle Services Financiers Spécialisés.

Ainsi, le résultat net sous-jacent avant impôt s’établit à 2 312 millions d’euros, en hausse de +17,2% par rapport au troisième trimestre 2022.

Le taux d’impôt effectif sous-jacent s’établit à 24,0% et la charge d’impôt sous-jacente est de - 544 millions d’euros, en légère hausse de +0,9% par rapport au troisième trimestre 2022. Le résultat net des activités arrêtées ou en cours de cession s’établit à 2 millions d’euros, en baisse de -20 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2022.

Le résultat net sous-jacent avant minoritaires affiche donc une hausse de +21,6% à 1 770 millions d’euros. Les intérêts minoritaires s’établissent à -250 millions d’euros, en hausse de +13,9% sur un an.

Ainsi, le résultat net part du Groupe sous-jacent est en hausse de +23,0% par rapport au troisième trimestre 2022 à 1 520 millions d'euros.

Le bénéfice par action sous-jacent (pro-forma IFRS 17) sur le troisième trimestre 2023 atteint 0,46 €, il est en hausse de +19,5% par rapport au troisième trimestre 2022.

Résultats consolidés de Crédit Agricole S.A. au 9M-2023 et au 9M-2022

                 
En m€ 9M-23publié Eléments spécifiques 9M-23sous-jacent 9M-22publié Eléments spécifiques 9M-22sous-jacent ∆ 9M/9Mpublié ∆ 9M/9Msous-jacent
Produit net bancaire 19 140 598 18 542 16 525 131 16 394 +15,8% +13,1%
Charges d'exploitation hors FRU (9 922) (18) (9 904) (9 383) (90) (9 293) +5,8% +6,6%
FRU (509) - (509) (647) - (647) (21,3%) (21,3%)
Résultat brut d'exploitation 8 709 580 8 129 6 495 41 6 454 +34,1% +25,9%
Coût du risque de crédit (1 338) (84) (1 253) (1 303) (195) (1 108) +2,7% +13,1%
Sociétés mises en équivalence 136 (39) 175 291 - 291 (53,1%) (39,9%)
Gains ou pertes sur autres actifs 102 89 13 26 - 26 x 3,9 (48,7%)
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - n.m. n.m.
Résultat avant impôt 7 609 545 7 064 5 509 (154) 5 663 +38,1% +24,7%
Impôt (1 832) (149) (1 682) (1 483) (10) (1 473) +23,5% +14,2%
Rés. net des activ. arr.ou en cours de cession 7 - 7 147 94 53 n.m. n.m.
Résultat net 5 785 396 5 389 4 174 (70) 4 244 +38,6% +27,0%
Intérêts minoritaires (771) (2) (769) (651) 13 (664) +18,5% +15,8%
Résultat net part du Groupe 5 014 394 4 620 3 523 (57) 3 580 +42,3% +29,1%
Bénéfice par action (€) 1,53 0,13 1,40 1,08 (0,02) 1,10 +41,8% +27,5%
Coef d'exploitation hors FRU (%) 51,8%   53,4% 56,8%   56,7% -4,9 pp -3,3 pp

Sur les neuf premiers mois 2023, le résultat net part du Groupe publié est de 5 014 millions d'euros, en hausse de +42,3% par rapport aux neuf premiers mois 2022.

Les éléments spécifiques pour les neuf premiers mois 2023 ont un effet positif de +394 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe publié et sont composés d’éléments comptables récurrents pour +174 millions d’euros et d’éléments non récurrents pour +220 millions d’euros. Les éléments récurrents correspondent principalement à la reprise de la provision Epargne Logement de + 208 millions d’euros, déjà mentionnés supra, ainsi que les éléments de volatilité comptable du pôle Grandes clientèles (-15 millions d’euros sur la DVA et -19 millions d’euros sur les couvertures de portefeuilles de prêts). Les éléments non récurrents sont liés à la réorganisation des activités Mobilité39 sur le pôle Services financiers spécialisés (+159 millions d’euros), ainsi que la reprise de la provision pour amende Echanges Images Chèques (+62 millions d’euros).

Hors éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent ressort à 4 620 millions d'euros, en hausse de +29,1% par rapport aux neuf premiers mois 202240.

Le bénéfice par action sous-jacent atteint 1,4 euro par action pour les neuf premiers mois 2023, en hausse de +27,4% par rapport aux neuf premiers mois 2022.

Le RoTE41 sous-jacent, calculé sur la base d’un RNPG sous-jacent annualisé42 et de charges IFRIC linéarisées sur l’année, net des coupons annualisés d’Additional Tier 1 (retour sur fonds propres part du Groupe hors incorporels) et retraité de certains éléments volatiles comptabilisé en capitaux propres (dont réserves latentes) atteint 13,5% sur les neuf premiers mois 2023, en hausse de 1 point de pourcentage par rapport aux neuf premiers mois 2022 (12,5%).

Le produit net bancaire sous-jacent augmente de +13,1% par rapport aux neuf premiers mois 2022, tiré par l’ensemble des pôles métiers. Les charges d’exploitation sous-jacentes hors FRU sont en hausse contenue de +6,6%. Ainsi, le coefficient d’exploitation hors FRU s’établit à 53,4%, en amélioration de 3,3 points de pourcentage par rapport à celui des neuf premiers mois 2022. Le FRU sur la période s’élève à -509 millions d’euros, en baisse de -21,3% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent atteint ainsi 8 129 millions d’euros, +25,9% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le coût du risque affiche une hausse de +13,1% sur la période, et s’établit à -1 253 millions d'euros contre -1 108 millions d'euros sur les neuf premiers mois de l’année 2022. Enfin, le résultat des sociétés mise en équivalence est en baisse de -39,9%, liée à l’intégration ligne à ligne de CA Auto Bank depuis le deuxième trimestre 2023.

Analyse de l’activité et des résultats des pôles et métiers de Crédit Agricole S.A.

Activité du pôle Gestion de l’épargne et Assurances

Au troisième trimestre 2023, les encours du pôle Gestion de l’épargne et Assurances (GEA) s’établissent à 2 492 milliards d’euros, en hausse de +0,4% par rapport à fin juin 2023 grâce à la collecte nette, l’effet marché étant défavorable ce trimestre (-3,1 milliards d’euros). La collecte nette est positive ce trimestre et s’élève à +13,0 milliards d’euros sur le pôle, portée par une collecte nette de +13,7 milliards d’euros sur Amundi tandis que la collecte nette est négative de -1,3 milliard d’euros sur l’épargne retraite. Sur un an, les encours gérés sont également en hausse de +3,7% en raison d’un effet marché favorable, la collecte nette sur un an étant positive (+19,8 milliards d’euros) et favorablement impactée par une collecte dynamique sur les unités de comptes obligataires. Les encours hors double compte s’élèvent à 2 224 milliards d’euros au 30 septembre 2023, en hausse de +4,7% par rapport au 30 septembre 2022.

L’activité en Assurances (Crédit Agricole Assurances) réalise au troisième trimestre un chiffre d’affaires global de 7,0 milliards d’euros, en baisse de -2,5% par rapport au troisième trimestre 2022, la hausse du chiffre d’affaires en Dommages et en Prévoyance / Emprunteur / Assurances Collectives ne permettant pas de compenser la baisse du chiffre d’affaires en Epargne-Retraite. Le chiffre d’affaires des neuf premiers mois 2023 atteint 27,7 milliards d’euros, en hausse de +3,4% par rapport aux neuf premiers mois 2022 à périmètre constant (hors La Médicale).

En Epargne / Retraite, le chiffre d’affaires est de 19,4 milliards d’euros à fin septembre 2023, en progression de +1,4% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Ce trimestre, la collecte brute globale est de 4,6 milliards d’euros (-8,0% par rapport au troisième trimestre 2022), avec un taux d’unités de compte qui progresse de 2,5 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2022 à 40,3%. La décollecte nette est de -1,3 milliard d’euros ce trimestre ; la collecte nette positive des contrats en unités de compte ralentit (+0,4 milliard d’euros), et ne permet pas de compenser la décollecte nette sur les fonds euros (-1,7 milliard d’euros).

Les encours (épargne, retraite et prévoyance) atteignent 324,3 milliards d’euros, en augmentation sur un an de +6,2 milliards d’euros, soit +2,0%. La part des unités de compte dans les encours s’établit à 27,6%, en hausse de +2,8 points de pourcentage sur un an, portée par le succès de la commercialisation des unités de compte obligataires et des marchés financiers favorables.

En Dommages, l’activité est dynamique, avec un chiffre d’affaires qui s’établit à 1,1 milliard d’euros au troisième trimestre 2023, en hausse de +8,9% par rapport au troisième trimestre 2022. A fin septembre 2023, le portefeuille de contrats Dommages s’établit à près de 15,8 millions43, en progression de +3,6% sur un an. L’équipement des particuliers dans les réseaux bancaires du Groupe Crédit Agricole est en progression par rapport à fin septembre 2022 sur l’ensemble des réseaux : à 43,1%, +0,5 point de pourcentage pour les Caisses régionales, à 27,6%, soit +0,5 point de pourcentage pour LCL, et à 18,3% pour CA Italia en intégrant la base de clientèle de Creval, soit +2,2 points de pourcentage. Le ratio combiné s’établit à 95,2%44, en amélioration de 5,0 points de pourcentage sur un an, le troisième trimestre 2022 ayant été fortement impacté par la sinistralité climatique.

En Prévoyance / Emprunteur / Assurances collectives, le chiffre d’affaires du troisième trimestre 2023 s’établit à 1,3 milliard d’euros, en progression de +10,9% par rapport au troisième trimestre 2022, grâce à la forte croissance du chiffre d’affaires en prévoyance individuelle (+21,8%) et en assurances collectives. Le chiffre d’affaires sur l’assurance emprunteurs progresse de +7,5% entre le troisième trimestre 2022 et le troisième trimestre 2023, portée par les primes uniques à l’international (notamment l’Italie) et la hausse des taux d’adossement sur les Caisses Régionales et LCL.

Le troisième trimestre a été marqué par un contexte d’aversion au risque, avec de faibles flux sur le marché de la gestion d’actifs en Europe45. Dans ce contexte, la Gestion d’actifs (Amundi) a enregistré une collecte élevée soutenue notamment par les produits de trésorerie, obligataires, la gestion passive et l’Asie, sur les segments de clientèle Retail comme Institutionnels.

Les encours gérés atteignent 1 973 milliards d’euros au 30 septembre 2023, en hausse de +0,6% par rapport au 30 juin 2023. Sur un an, les encours progressent de +4,1% par rapport au 30 septembre 2022.

Par segment de clientèle, le Retail enregistre une collecte positive de +2,0 milliards d’euros, marquée comme aux trimestres précédents par un haut niveau d’aversion au risque. Elle reflète une forte collecte en produits de trésorerie (+2,7 milliards d’euros) et a contrario une décollecte limitée en Actifs MLT46 (-0,7 milliard d’euros), et se décompose ainsi par type de clients :

  • Les Distributeurs Tiers (+2,1 milliards d’euros) enregistrent une forte activité en ETF/fonds indiciels ainsi qu’en produits de trésorerie ;
  • Les Réseaux Partenaires hors Amundi BOC WM (+0,3 milliard d’euros) continuent de capitaliser sur le succès des produits structurés et des fonds obligataires Buy & Watch, et retrouvent de l’intérêt pour les produits de trésorerie ;
  • En Chine, Amundi BOC WM est en décollecte (-0,5 milliard d’euros), la montée en puissance confirmée de la nouvelle offre en fonds ouverts n’ayant pas permis ce trimestre de compenser l’arrivée à maturité de fonds à terme.

Le segment Institutionnels enregistre une forte collecte, à +9,3 milliards d’euros, surtout en Actifs MLT46(+8,5 milliards d’euros), notamment liée à 2 gros mandats, à marges faibles, avec de grands investisseurs institutionnels, en solution indicielle actions pour l’un et obligataire pour l’autre. En revanche les Assureurs CA et SG ont poursuivi leurs rachats (-3,1 milliards d’euros), liés comme les trimestres précédents aux retraits des contrats d’assurance vie en euros par leurs clients ; à noter également des prises de profits dans l’activité Epargne Salariale & Retraite (en décollecte de -0,9 milliards d’euros), les salariés d’émetteurs dont les titres ont beaucoup progressé depuis quelques mois ayant racheté leurs fonds d’actionnariat salarié.

Enfin, les JV47 affichent une collecte de +2,4 milliards d’euros, grâce à la poursuite du développement de la JV indienne SBI MF (+2,0 milliards d’euros, dont +3,4 milliards d’euros en Actifs MLT46) et à la stabilisation de la JV chinoise ABC-CA (à l’équilibre au total, mais en collecte de +0,3 Md€ hors l’écoulement prévu des actifs sur le Channel Business, activité par ailleurs en extinction et faiblement margée) ; les autres JV sont également en collecte nette positive (+0,4 Md€).

En Gestion de fortune48, les encours gérés s’établissent au total (CA Indosuez Wealth Management et Banque privée de LCL) à 194,5 milliards d’euros à fin septembre 2023 (dont 133,0 milliards d’euros pour Indosuez Wealth Management), et sont stables par rapport à fin juin 2023, la collecte nette positive étant compensée par un effet marché défavorable.

Résultats du pôle Gestion de l’épargne et Assurances

Les données 2023 du métier Assurances, et donc les données du pôle Gestion de l’épargne et Assurances, sont comparées à des données 2022 pro-forma IFRS17.

Au troisième trimestre 2023, le pôle GEA réalise un produit net bancaire de 1 656 millions d’euros, en hausse de +10,2% par rapport au troisième trimestre 2022, avec un très haut niveau de revenus sur l’ensemble des métiers du pôle, en Assurances, Gestion d’actifs et Gestion de fortune. Les charges hors FRU sont stables à +0,8%. Ainsi le coefficient d’exploitation hors FRU s’élève à 43,4 %, en baisse de -4,1 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2022. Le résultat brut d’exploitation s’établit à 937 millions d’euros, en hausse de +18,8% par rapport au troisième trimestre 2022. L’impôt s’établit à -221 millions d’euros, en hausse de +4,5%. Le résultat net part du Groupe du pôle GEA s’établit à 621 millions d’euros, en hausse de +2,3% par rapport au troisième trimestre 2022 (+22,8% hors plus-value de la cession de La Médicale comptabilisée au troisième trimestre 2022 pour +101 millions d’euros). Le résultat net part du Groupe est en hausse entre le troisième trimestre 2023 et le troisième trimestre 2022, sur l’ensemble des métiers du pôle : la gestion d’actifs (+5,2%), les métiers d’assurances (+0,6% à périmètre courant et +34,0% hors plus-value de cession de La Médicale comptabilisée au troisième trimestre 2022) et la gestion de fortune (+10,3%).

Sur les neuf mois 2023, le pôle GEA réalise un produit net bancaire de 5 133 millions d’euros, en hausse de +20,9% par rapport aux neuf premiers mois 2022, avec une contribution positive portée par tous les métiers. Les charges hors FRU sont stables (+0,5%). Ainsi le coefficient d’exploitation hors FRU s’élève à 41,8 %, en baisse de -8,5 points de pourcentage par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le résultat brut d’exploitation s’établit à 2 979 millions d’euros, en hausse de +41,9% par rapport aux neuf premiers mois 2022. L’impôt s’établit à -699 millions d’euros en hausse de +30,1%. Le résultat net part du Groupe du pôle GEA s’établit à 1 996 millions d’euros, en hausse de +39,8% par rapport aux neuf premiers mois 2022, sur l’ensemble des métiers du pôle : la gestion d’actifs (+10,3%), les métiers d’assurances (+57,7%) et la gestion de fortune (+43,0%).

Sur le premier premiers mois 2023, le pôle GEA contribue à hauteur de 38% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) et à hauteur de 27% aux revenus sous-jacents hors AHM.

Au 30 septembre 2023, les fonds propres alloués au pôle s’élèvent à 12,9 milliards d’euros dont 11,1 milliards d’euros sur les Assurances, 1,3 milliard d’euros sur la Gestion d’actifs et 0,5 milliard d’euros sur la Gestion de fortune. Les emplois pondérés du pôle sont de 50,7 milliards d’euros dont 31,8 milliards d’euros sur les Assurances, 13,2 milliards d’euros sur la Gestion d’actifs et 5,8 milliards d’euros sur la Gestion de fortune.

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent du pôle s’établit quant à lui à 24,2% au 30 septembre 2023.

Résultats Assurances

Au troisième trimestre 2023, le produit net bancaire des assurances atteint 643 millions d’euros, en hausse de +19,4% par rapport au troisième trimestre 2022 proforma IFRS17.

Le produit net bancaire est constitué notamment ce trimestre de 398 millions d’euros de revenus sur l’Epargne retraite49, 136 millions d’euros sur la protection des personnes50 et 72 millions d’euros en assurances-dommages51.

Le résultat brut d’exploitation s’établit à 562 millions d’euros et le niveau d’impôts est de -131 millions d’euros. Ainsi, le résultat net part du Groupe s’établit à 411 millions d’euros, en hausse de +0,6% par rapport au troisième trimestre 2022. Hors plus-value La Médicale de +101 millions d’euros enregistrée au troisième trimestre 2022, le résultat net part du Groupe est en hausse de +34%

La « Contractual service margin », ou CSM s’élève à 23,2 milliards d’euros au 30 septembre 2023, en augmentation de +6,5% par rapport au 31 décembre 2022 ; la CSM est en légère baisse ce trimestre en lien avec la hausse des taux et le ralentissement de la production en épargne/ retraite.

Le produit net bancaire de l’assurance sur les neuf premiers mois 2023 atteint 2 022 millions d’euros, en hausse de +56,9% par rapport aux neuf premiers mois 2022, et de +17,5 % en rythme de croisière IFRS1752, en raison essentiellement d’un effet de base 2022 (non prise en compte dans le pro-forma IFRS17 des décisions de gestion sur les placements mises en œuvre en fin d’année 2022 i.e. cantonnement des fonds propres et désensibilisation du portefeuille) ; de la baisse des marchés en 2022 ; enfin de la forte sinistralité climatique au deuxième trimestre 2022. Le résultat brut d’exploitation est supérieur de +68,5% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Enfin, la charge d’impôt sur les neuf premiers mois 2023 augmente de +42,0%. Au final, le résultat net part du groupe atteint 1 318 millions d’euros, en hausse de +57,7% par rapport aux neuf premiers mois 2022.

Les Assurances contribuent à hauteur de 25% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) à fin septembre 2023 et de 11 % à leurs revenus sous-jacents.

Résultats Gestion d’actifs

Au troisième trimestre 2023, le produit net bancaire atteint 760 millions d’euros, en progression de +3,0% par rapport au troisième trimestre 2022, grâce à une bonne résistance des commissions de gestion et le retour à un résultat financier positif, malgré un bas niveau de commissions de surperformance. Les charges d’exploitation hors FRU sont particulièrement bien maitrisées et s’élèvent à -433 millions d’euros, stables par rapport au troisième trimestre 2022. Ainsi, le coefficient d’exploitation hors FRU s’établit à 57,0%. Le résultat brut d’exploitation augmente de +7,0% par rapport au troisième trimestre 2022. La contribution des sociétés mises en équivalence, reprenant la contribution des joint-ventures d’Amundi, s’établit à 24 millions d’euros, en hausse de +2,0% par rapport au troisième trimestre 2022, et la charge d’impôt s’élève à -80 millions d’euros, en hausse de +7,5%. Au final, le résultat net part du Groupe augmente de +5,2%, à 178 millions d’euros.

Sur les neuf premiers mois 2023, le produit net bancaire augmente de +2,2% en gestion d’actifs, tiré comme au trimestre par les revenus financiers (49 millions d’euros vs. -40 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022) et les revenus d’Amundi Technology (+25,8% à 42 millions d’euros) ; les commissions nettes de gestion sont en légère baisse, plus modérée que celle des encours moyens hors JV, à -1,3% vs. -1,9%, traduisant une bonne résistance des marges grâce à un mix client favorable ; les commissions de surperformance en revanche sont en baisse beaucoup plus marquée, à -17,2% (89 M€ vs. 108 M€), reflétant la politique d’investissements prudente en actifs risqués.

Les charges d’exploitation hors FRU augmentent de +1,6% hors impact des coûts d’intégration Lyxor enregistrés sur les neuf premiers mois 2022 (-59 millions d’euros avant impôts). Le coefficient d’exploitation hors FRU s’élève à 55,8%, en baisse de -2,9 points de pourcentage par rapport aux neuf premiers mois 2022. Ainsi, le résultat brut d’exploitation augmente de +9,6% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le résultat des sociétés mises en équivalence augmente de +13,9%. Au final, le résultat net part du Groupe des neuf premiers mois s’établit à 566 millions d’euros en hausse de +10,3%.

La Gestion d’actifs contribue à hauteur de 11% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) à fin septembre 2023 et 12% de leurs revenus sous-jacents.

Résultats Gestion de fortune53

Le produit net bancaire de la gestion de fortune s’établit à 253 millions d’euros au troisième trimestre 2023, en hausse de +12,1% par rapport au troisième trimestre 2022, soutenu par la hausse des taux qui impacte positivement la marge d’intérêt, qui augmente de +33% entre le troisième trimestre 2023 et le troisième trimestre 2022. Les charges hors FRU atteignent 204 millions d’euros, en hausse de +7,1%, principalement impactées la hausse des charges de personnel. Le coefficient d’exploitation diminue de -3,8 points de pourcentage sur trois mois pour s’établir à 80,5%. Le résultat brut d’exploitation progresse de +38,9% à 49 millions d’euros. Le résultat net part du Groupe atteint 32 millions d’euros, en hausse de +10,3% par rapport au troisième trimestre 2022.

Sur les neuf premiers mois 2023, le produit net bancaire du métier gestion de fortune est en forte augmentation de +15,5% par rapport aux neuf premiers mois 2022, pour atteindre 776 millions d’euros. Les charges hors FRU sont en augmentation de +7,1%. Le résultat brut d’exploitation augmente ainsi de +63,2% pour s’établir à 165 millions d’euros. Ainsi, le résultat net part du Groupe augmente de +43,0% pour atteindre 112 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2023.

La Gestion de fortune contribue à hauteur de 2% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) à fin septembre 2023 et 4% de leurs revenus sous-jacents.

Activité du pôle Grandes clientèles

La Banque de financement et d’investissement (BFI) confirme sa dynamique au troisième trimestre 2023, tandis que pour les services financiers aux institutionnels, le trimestre est marqué par la consolidation de RBC IS Europe.

Au troisième trimestre, les revenus sous-jacents54 de la Banque de financement et d’investissement (BFI) sont en hausse de +9,2% par rapport au troisième trimestre 2022, à 1 415 millions d’euros. Cette hausse est tirée par la Banque de Marché et d’Investissement avec des revenus sous-jacents à 660 millions d’euros, en hausse de +26,8% par rapport au troisième trimestre 2022, grâce à de très bons résultats sur FICC (+25,6% sur la période) tirés notamment par une excellente performance sur les produits structurés et la titrisation, dans un contexte de hausse des taux. En banque d’investissement le troisième trimestre est marqué par un marché M&A atone compensé par une bonne activité des structurés actions. Les revenus sous-jacents de la Banque de Financement sont en baisse de -2,7% par rapport au troisième trimestre 2022 à 755 millions d’euros. La bonne performance des financements structurés (+2,4% par rapport au troisième trimestre 2022), notamment sur les financements de projets et infrastructures, ne compense pas le retrait de la banque commerciale (-5,3% par rapport au troisième trimestre 2022) sur l’activité Corporate & Leverage Finance, et malgré la bonne activité d’International Trade & Transaction Banking portée par le cash management.

La Banque de Financement et d’Investissement affiche ainsi des positions de leader sur les crédits syndiqués (#1 en France55 et #2 en EMEA55) et sur les émissions obligataires (#2 All bonds in EUR Worldwide55 et #2 Green, Social & Sustainable bonds en EUR56). La VaR réglementaire moyenne s’établit à 15,6 millions d’euros sur le troisième trimestre 2023 en baisse par rapport au deuxième trimestre 2023 à 17,9 millions d’euros, en lien avec l’évolution des positions et celle des marchés financiers. Elle demeure à un niveau reflétant la gestion prudente des risques.

Dans les Services financiers aux institutionnels (CACEIS), le trimestre est marqué par la consolidation de RBC Investor Services Europe suite à la finalisation de l’acquisition des activités réalisée le 03 juillet 2023. Pour mémoire, Uptevia, joint-venture à 50/50 regroupant les métiers de services aux émetteurs57 de CACEIS et BNP Paribas, est consolidée en mise en équivalence depuis le premier trimestre 2023.

Au troisième trimestre 2023 les encours conservés et administrés sont en hausse respective de +5,7% et +42,7% par rapport au deuxième trimestre 2023, grâce à la consolidation des encours d’ISB58 et au dynamisme commercial, malgré un effet marché négatif sur le trimestre. Les encours conservés affichent ainsi une hausse de +13,6% à fin septembre 2023 par rapport à fin septembre 2022 pour atteindre 4 515 milliards d’euros. Les encours administrés sont quant à eux en hausse de +54,3% sur un an, atteignant 3 251 milliards d’euros à fin septembre 2023. Par ailleurs, les volumes de règlement-livraison progressent de +34% (hors ISB) au troisième trimestre 2023 par rapport au troisième trimestre 2022.

Résultats pôle Grandes clientèles

Au troisième trimestre 2023, le produit net bancaire du pôle Grandes clientèles atteint 1 888 millions d’euros, en forte hausse de +17,4% par rapport au troisième trimestre 2022, grâce à l’effet de la consolidation d’ISB58,59 dans les Services financiers aux institutionnels et une très bonne performance de la Banque de Financement et d’Investissement tirée par la banque de marché et d’investissement. Les charges d’exploitation hors FRU sont en hausse par rapport au troisième trimestre 2022 (+16,5%), effet de la consolidation d’ISB58,59, ainsi que des frais de personnel et des investissements IT accompagnant le développement des métiers. Ainsi le résultat brut d’exploitation du pôle est en forte hausse par rapport au troisième trimestre 2022 à 748 millions d’euros. Le pôle enregistre une dotation nette globale du coût du risque de -13 millions d’euros au troisième trimestre 2023, à comparer à une dotation de -34 millions d’euros au troisième trimestre 2022, et incluant +2 millions d’euros de reprise de provisions liées à la guerre en Ukraine dont +88 millions de reprise sur les encours sains. Le résultat avant impôts s’élève à 739 millions d’euros, en forte hausse de +22,8% sur la période. La charge d’impôt s’élève à -203 millions d’euros. Enfin, le résultat net part du Groupe atteint 488 millions d’euros au troisième trimestre 2023, à comparer avec un résultat de 412 millions d’euros au troisième trimestre 2022.

Sur les neuf premiers mois 2023, le produit net bancaire du pôle Grandes clientèles s’établit à 5 844 millions d’euros, soit +10,3% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Les charges d’exploitation hors FRU augmentent de +13,5% par rapport aux neuf premiers mois 2022 à 3 298 millions d’euros, essentiellement liés aux frais de personnel et aux investissements IT ainsi qu’à l’effet de la consolidation d’ISB58,59. Les charges FRU sont en nette baisse de -29,4% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Ainsi le résultat brut d’exploitation des neuf premiers mois 2023 s’élève à 2 234 millions d’euros, en hausse de +14,3% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le coût du risque termine les neuf premiers mois 2023 en dotation nette de -81 millions d’euros par rapport à une dotation de -236 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022 qui intégrait l’impact de la guerre Ukraine /Russie et ses conséquences en termes de provisionnement sur encours sains au premier trimestre 2022. Ainsi, la contribution du métier au résultat net part du Groupe s’établit à 1 486 millions d’euros, en forte hausse de +22,7% par rapport aux neuf premiers mois 2022.

Le pôle contribue à hauteur de 29% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) à fin septembre 2023 et de 31% aux revenus sous-jacents hors AHM.

Au 30 septembre 2023, les fonds propres alloués au pôle s’élèvent à 13,2 milliards d’euros et les emplois pondérés du pôle sont de 138,8 milliards d’euros.

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent du pôle s’établit quant à lui à 15,1% à fin septembre 2023.

Résultats Banque de financement et d’investissement

Au troisième trimestre 2023, le produit net bancaire de la Banque de Financement et d’Investissement s’établit à 1 415 millions d’euros en hausse de +9,2% par rapport au troisième trimestre 2022, croissance tirée par la Banque de Marché et d’Investissement. Les charges d’exploitation hors FRU enregistrent une hausse de +5,6% pour s’établir à -806 millions d’euros, principalement en lien avec les investissements humains et IT en accompagnement du développement des métiers, et à l’ajustement des rémunérations variables en lien avec la performance de l’activité. Le résultat brut d’exploitation est en forte hausse de +14,5% par rapport au troisième trimestre 2022 et s’établit ainsi à 609 millions d’euros. Le coefficient d’exploitation hors FRU atteint 57,0%, en variation favorable de -2,0 points de pourcentage sur la période. Le coût du risque enregistre une dotation nette modérée de -14 millions d’euros, à comparer avec une dotation de -32 millions d’euros au troisième trimestre 2022. Enfin, le résultat avant impôt du troisième trimestre 2023 s’élève à 596 millions d’euros, à comparer à 501 millions d’euros au troisième trimestre 2022. La charge d’impôt atteint -181 millions d’euros. Au final, le résultat net part du Groupe s’établit à 405 millions d’euros sur le troisième trimestre 2023, en forte hausse de +13,0% par rapport au troisième trimestre 2022.

Sur les neuf premiers mois 2023, le produit net bancaire progresse de +6,3% par rapport aux premiers mois 2022 pour s’établir à 4 641 millions d’euros, soit le plus haut niveau historique pour les neuf premiers mois. Les charges hors FRU augmentent de +11,3%, principalement sur les frais de personnel et la poursuite de l’ajustement des rémunérations variables à l’activité, ainsi que sur les frais informatiques pour accompagner le développement des métiers. La contribution au FRU enregistre une baisse significative de -29,5% et s’élève à -271 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2023. Ainsi, le résultat brut d’exploitation à 1 874 millions d’euros est en nette hausse (+7,9% par rapport aux neuf premiers mois 2022). Le coût du risque enregistre une dotation de -80 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2023, contre -236 millions sur les neuf premiers mois 2022 qui enregistraient le provisionnement prudent des expositions russes (provision de -346 millions d’euros sur encours sains sur la Russie au premier trimestre 2022). La charge d’impôt s’élève à -479 millions d’euros, en hausse de +25,3% en lien avec la croissance de l’activité. Au final, le résultat net part du Groupe s’établit au plus haut niveau historique à 1 284 millions d’euros pour les neuf premiers mois 2023, progressant de +17,6% sur la période.

Les emplois pondérés à fin septembre 2023 sont en baisse de -2,1 milliards d’euros par rapport à fin décembre 2022, et en croissance modérée de +2,1 milliards d’euros par rapport à fin juin 2023 à 128,1 milliards d’euros. Cette croissance modérée s’explique par l’amortissement des titrisations synthétiques et par un effet change défavorable.

Résultats Services financiers aux institutionnels

Au troisième trimestre 2023, le produit net bancaire des services financiers aux institutionnels enregistre une forte hausse de +51,5% par rapport au troisième trimestre 2022 et s’établit à 472 millions d’euros. Cette progression est principalement liée à l’effet de la consolidation d’ISB60,61 ; elle est tirée tant par la marge nette d’intérêt, qui progresse de +67,3% sur la période, que par les commissions, qui progressent de +41,4% sur la période. Les charges d’exploitation hors FRU sont en hausse de +55,8% à -333 millions d’euros. Elles reflètent aussi l’effet de la consolidation d’ISB60,61 et intègrent -5,0 millions de coûts d’intégration au titre de l’acquisition d’ISB. Le résultat brut d’exploitation affiche ainsi une forte progression et s’établit à 139 millions d’euros (+42,2%) au troisième trimestre 2023. Le coefficient d’exploitation hors FRU ressort à 70,6%, et à 69,5% hors frais d’intégration d’ISB, soit une variation défavorable de +0,9 point de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2022. Le trimestre enregistre également 5 millions d’euros en résultat sur les sociétés mises en équivalence. Ce dernier intègre à présent la contribution d’Uptevia depuis le premier trimestre 2023. Le résultat net atteint ainsi 122 millions d’euros, en augmentation de +54,1% par rapport au troisième trimestre 2022. Après partage avec les minoritaires pour 38 millions d’euros, la contribution du métier au résultat net part du Groupe s’élève à 83 millions d’euros au troisième trimestre 2023, soit +55,1% par rapport au troisième trimestre 2022.

Le produit net bancaire des neuf premiers mois 2023 est en hausse de +28,4% par rapport aux neuf premiers mois 2022, effet de la consolidation d’ISB60,61, de la bonne dynamique commerciale et de la marge d’intérêt, qui progresse de +91,1% sur la période. Les charges hors FRU sont en hausse de +21,3% et intègrent -14,5 millions d’euros de frais d’intégration au titre de l’acquisition des activités d’ISB60,61, tandis que les charges FRU enregistrent une forte baisse de -28,3%. Le résultat brut d’exploitation est en très forte hausse de +64,9% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le résultat net est ainsi en hausse de +67,5%. Au final, la contribution du métier au résultat net part du Groupe sur les neuf premiers mois 2023 s’établit à 202 millions d’euros, en progression de +69,1% par rapport aux neuf premiers mois 2022.

L’intégration complète d’ISB60 est planifiée d’ici fin 2025 avec les migrations des clients et les fusions juridiques des entités planifiées en 2024. Le résultat net additionnel62 attendu en 2026 est de plus de 100 m€.

Activité Services financiers spécialisés

Au troisième trimestre 2023, la production commerciale de Crédit Agricole Consumer Finance (CACF) s’élève à 11,6 milliards d’euros, soit -2,1% par rapport au troisième trimestre 2022, reflétant une sélectivité accrue des dossiers tandis que l’activité demeure dynamique dans le canal Automobiles63 (+6,7%). Sur une période cumulée, la production est en hausse de +7% à fin septembre 2023 par rapport à fin septembre 2022, dont +24% pour le canal Automobile. Fin septembre 2023, les encours totaux de CACF s’établissent à 111 milliards d’euros soit +12,3 % par rapport à fin septembre 2022. Les encours des entités automobiles représentent 43,5 milliards d’euros, dont 26,8 milliards au titre de Crédit Agricole Auto Bank, suite à la réorganisation des activités « Mobilité » de CACF et à la mise en place de l’accord avec Stellantis depuis début avril 2023. Leasys, joint-venture à 50/50 avec Stellantis, contribue aux encours pour 6,8 milliards d’euros à 100%.

Pour rappel, l’activité du Crédit à la consommation a été marquée par la mise en place de l’accord entre CACF et Stellantis qui est effectif depuis début avril 2023 et se matérialise par la finalisation de la création de la joint-venture Leasys détenue à 50/50 avec Stellantis et la reprise à 100% de CA Auto Bank (anciennement FCA Bank) et Drivalia (location automobile, autopartage). S’ajoute à cela, depuis début août 2023, l’acquisition par CACF des activités d’ALD et LeasePlan dans six pays européens représentant une flotte totale de plus de 100 000 véhicules (dont 30 000 véhicules repris par Leasys et 70 000 par CA Auto Bank) et un total d’encours d’1,9 milliard d’euros.

Début septembre 2023, CACF a annoncé le développement d’une offre de services dédiés à la Mobilité à l’échelle européenne qui sera distribuée sous la marque CA Mobility Services. Sept pôles de services constitueront à terme le catalogue de Crédit Agricole Mobility Services : garanties, livraison, partage de véhicules, assurances, financement, charge des véhicules électriques et gestion de flottes.

La production commerciale en affacturage de Crédit Agricole Leasing & Factoring (CAL&F) est très soutenue sur le troisième trimestre 2023, x2,6 par rapport au troisième trimestre 2022, avec un fort dynamisme en Allemagne et en France. Le chiffre d’affaires factoré du trimestre est en progression à 28,9 milliards d’euros, en augmentation de +2%, tiré par la France notamment. Enfin, la quotité financée progresse également sur le troisième trimestre à 70,4% (+4,7 points par rapport au troisième trimestre 2022). Les encours de crédit-bail sont en hausse sur tous les métiers et atteignent 18,5 milliards d’euros à fin septembre 2023 (dont 14,9 milliards d’euros en France et 3,6 milliards d’euros à l’international) soit +8,9% comparé à fin septembre 2022.

Résultat Services financiers spécialisés

Le produit net bancaire des Services financiers spécialisés s’élève à 883 millions d’euros au troisième trimestre 2023, en hausse de +26,3% par rapport au troisième trimestre 2022. L’intégration de CA Auto Bank à 100%, y compris l’effet ALD/LeasePlan sur ce trimestre, contribue pour 202 millions d’euros au produit net bancaire. Les charges hors FRU s’élèvent à -424 millions d’euros, en hausse de +18,4%. L’intégration de CA Auto Bank à 100% y compris l’effet ALD/LeasePlan, contribue pour -73 millions d’euros aux charges ce trimestre. En conséquence, le résultat brut d’exploitation est en hausse de +34,6% à 460 millions d’euros et le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU enregistre une amélioration à 48% (-3,2 points de pourcentage). Le coût du risque publié est en hausse de +48,1% par rapport au troisième trimestre 2022 à -224 millions d’euros. L’intégration de CA Auto Bank à 100% y compris l’effet ALD/LeasePlan contribue pour -28 millions d’euros au coût du risque ce trimestre. Le résultat des sociétés mises en équivalence affiche une baisse de -93,8% à 5 millions d’euros, et comprend la création de la JV Leasys à 50/50 depuis le trimestre dernier (anciennement FCA Bank comptabilisée en JV 50/50). Hors -26 millions d’euros d’éléments one-off lié à la réorganisation des activités Mobilité de CACF64, le résultat des sociétés mises en équivalence s’affiche à 32 millions d’euros et la création de Leasys contribue pour 17 millions d’euros ce trimestre. Le résultat net sur autres actifs s’élève à 57 millions d’euros, et comprend exclusivement des éléments liés à la réorganisation des activités Mobilité de CACF64. Le résultat net part du Groupe atteint 204 millions d’euros, stable sur la période. Hors éléments one-off64 sur le troisième trimestre 2023, il s’établit donc à 185 millions d’euros, en baisse de -9,7% par rapport au troisième trimestre 2022.

Sur les neuf premiers mois 2023, le produit net bancaire des Services financiers spécialisés augmente de +31,2% à 2 717 millions d’euros, porté une bonne performance de CAL&F (+9,1% comparé aux neuf premiers mois 2022) et des revenus en hausse pour CACF (+37,7% par rapport aux neuf premiers mois 2022) en lien avec l’intégration à 100% de CA Auto Bank depuis le deuxième trimestre 2023, ainsi que la reprise des activités ALD/LeasePlan sur le troisième trimestre 2023. Les différentes lignes du compte de résultat des neuf premiers mois 2023 sont impactées par la consolidation ligne à ligne de CA Auto Bank à partir du deuxième trimestre 2023. Les éléments spécifiques des neuf premiers mois 2023 sont concentrés sur le deuxième et le troisième trimestre 2023 et sont donc identiques à ceux mentionnés plus haut et concernent exclusivement la réorganisation des activités Mobilité de CACF64. Hors ces éléments, le produit net bancaire du pôle s’élève à 2 417 millions d’euros, soit une hausse de +16,7% sur la période. Les charges hors FRU augmentent de +11,2% comparé aux neuf premiers mois 2022. Le coefficient d’exploitation hors FRU reste bas, à 52,3%, en amélioration de -2,5 points de pourcentage par rapport aux neuf premiers mois 2022. La contribution au FRU s’élève à -29 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2023, en baisse de -15,7% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le coût du risque est en hausse de +55,2% sur les neuf premiers mois 2023 par rapport à la même période en 2022. La contribution des sociétés mises en équivalence est en baisse de -46,5% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le résultat net part du Groupe s’établit ainsi à 476 millions d’euros, en baisse de -16,3% par rapport aux neuf premiers mois 2022, en lien principalement avec la hausse du coût du risque sur la période.

Le pôle contribue à hauteur de 9% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) sur les neuf premiers mois 2023 et de 13% aux revenus sous-jacents hors AHM.

Au 30 septembre 2023, les fonds propres alloués au pôle s’élèvent à 6,5 milliards d’euros et les emplois pondérés du pôle sont de 68,1 milliards d’euros.

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent du pôle s’établit quant à lui à 9,8 % au 30 septembre 2023.

Résultats Crédit à la consommation

Les résultats du troisième trimestre 2023 sont dans la lignée du deuxième trimestre 2023 qui ont été marqués favorablement par la mise en place de l’accord entre CACF et Stellantis et la réorganisation de l’activité Mobilité de CACF64 qui est effective depuis le 3 avril 2023. Le produit net bancaire s’élève à 707 millions d’euros, en hausse de +30,2% par rapport au troisième trimestre 2022 sous l’effet de la consolidation de CA Auto Bank65, d’une marge toujours pénalisée par le coût de refinancement et le taux d’usure, mais qui se redresse au cours du trimestre (les taux clients à la production sont en hausse de +31 bps au troisième trimestre 2023 par rapport au deuxième trimestre 2023). En complément, et hors effets one-off liés à la réorganisation de l’activité Mobilité de CACF64 , le produit net bancaire est en progression de +3,6% par rapport au deuxième trimestre 2023, tenant compte notamment de la reprise des activité ALD/LeasePlan depuis début août. Les charges hors FRU s’élèvent à 330 millions d’euros. Elles sont en hausse de +22,9% par rapport au troisième trimestre 2022, principalement sous l’effet de la consolidation de CA Auto Bank66. Par conséquent, le résultat brut d’exploitation s’établit ainsi à 377 millions d’euros, en hausse de +37,7%, et le coefficient d’exploitation hors FRU s’élève à 46,6%, en amélioration de 2,8 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2022. Le coût du risque s’élève à -206 millions d’euros au troisième trimestre 2023. La hausse de +45,9% s’explique notamment par l’intégration des activités Mobilité67 d’une part, et par les segments traditionnels en lien avec le contexte inflationniste d’autre part. Le coût du risque sur encours annualisé s’élève à 124 bps68. Les taux de créances douteuses et de couverture s’élèvent respectivement à 4,0% (contre 3,8% à fin juin 2023) et 82,4% (contre 83,4% à fin juin) du fait principalement de l’intégration de CA Auto Bank. Le résultat des sociétés mises en équivalence affiche une baisse de -93,8% à 5 millions d’euros, il comprend la création de la JV Leasys à 50/50 depuis le trimestre dernier mais ne comprend plus FCA Bank comptabilisée en JV 50/50 jusqu’au 1er trimestre de 2023. Hors -26 millions d’euros d’éléments one-off liés à la réorganisation des activités Mobilité de CACF sur le trimestre, le résultat des sociétés mises en équivalence s’affiche à 32 millions d’euros et la création de Leasys contribue pour 17 millions d’euros ce trimestre. Le résultat net sur autres actifs s’élève à 57 millions d’euros, et comprend exclusivement des éléments liés à la réorganisation des activités Mobilité de CACF64. La charge d’impôts atteint -67 millions d’euros. Hors éléments one-off, elle s’élève à -51 millions d’euros au troisième trimestre 2023, en hausse de +57,3%. Enfin, le résultat net part du Groupe s’élève à 149 millions d’euros (-3,6%). Hors éléments one off liés à la réorganisation des activités Mobilité de CACF64, il atteint 130 millions d’euros au troisième trimestre 2023, en baisse de -15,9%.

Sur les neuf premiers mois 2023, les éléments spécifiques qui affectent le crédit consommation se concentrent principalement sur le deuxième trimestre et plus marginalement sur le troisième trimestre avec la réorganisation des activités Mobilité de CACF. Les impacts sont identiques à ceux déjà mentionnés supra, ils concernent la réorganisation des activités Mobilité du Crédit à la consommation. Le produit net bancaire publié s’élève à 2 199 millions d’euros (+37,7%). Retraité des éléments spécifiques, il est en hausse de +18,9% par rapport aux neuf premiers mois 2022 à 1 899 millions d’euros. Les charges publiées s’élèvent à 942 millions d’euros (+15,3%) hors FRU. Retraitées des éléments spécifiques, elles sont en hausse de +13% par rapport aux neuf premiers mois 2022, la contribution au FRU s’élève à -13 millions d’euros (-17,7% par rapport aux neuf premiers mois 2022), le coefficient d’exploitation hors élément spécifique hors FRU est en baisse à 48,6% et reste à un niveau bas. En conséquence, le résultat brut d’exploitation sous-jacent est en hausse de +26% par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le coût du risque publié s’élève à -638 millions d’euros (+78,1%). Retraité des éléments spécifiques, il augmente de 54,5%, pour atteindre -553 millions d’euros comparé aux neuf premiers mois 2022. La contribution des sociétés mises en équivalence publiée s’élève à 93 millions d’euros (-61,4%). Retraitée des éléments spécifiques, elle est en baisse de -45,3% à 131 millions d’euros. Le résultat sur autres actifs publié s’élève à 80 millions d’euros. Cette ligne est principalement composée d’éléments spécifiques. Hors ces éléments, le résultat net sur autres actifs sous-jacent s’élève à -8 millions d’euros. Enfin, le résultat net part du Groupe publié des neuf premiers mois 2023 s’élève à 507 millions d’euros (+14,3%). Retraité des éléments spécifiques, il atteint 349 millions d’euros, en baisse de -21,5%.

Résultats Leasing & Affacturage

Le produit net bancaire atteint 177 millions d’euros, en hausse de +12,8% par rapport au troisième trimestre 2022, tiré notamment par un effet volume et prix sur l’affacturage. A noter la poursuite de la stabilisation des revenus du crédit-bail sur le trimestre. Les charges hors FRU sont en hausse de +4 millions d’euros (+5,5%), principalement sur l’international avec une hausse des salaires en Pologne et la montée en puissance de l’activité de leasing et des développements IT en Allemagne. Le coefficient d’exploitation hors FRU s’élève à 53,4%, en amélioration de -3,7 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2022. En conséquence, le résultat brut d’exploitation atteint 82 millions d’euros, en forte hausse par rapport au troisième trimestre 2022 (+22,5%). Le coût du risque progresse à 18 millions d’euros sur le trimestre, en hausse essentiellement sur le leasing et le résultat net part du Groupe s’établit à 55 millions d’euros, en hausse de près de 10% par rapport au troisième trimestre 2022.

Sur les neuf premiers mois 2023, le produit net bancaire est en hausse de +9,1% par rapport aux neuf premiers mois 2022 à 518 millions d’euros. Les charges hors FRU sont en hausse de +5,7% à 282 millions d’euros. La contribution au FRU s’élève à -15 millions d’euros sur 2023 (-15,0% par rapport à 2022). Ainsi, le résultat brut d’exploitation affiche une forte progression à +16,2% par rapport aux neuf premiers mois 2022 pour atteindre 221 millions d’euros. Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU s’établit à 54,4%, en amélioration de 1,8 point de pourcentage par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le coût du risque est en hausse sur la période (+63,8%). Enfin, le résultat net part du Groupe sous-jacent s’élève à 127 millions d’euros, en hausse de +2,2% par rapport aux neuf premiers mois 2022.

Activité de la Banque de proximité Crédit Agricole S.A.

En Banques de proximité chez Crédit Agricole S.A. ce trimestre, la production de crédits suit la tendance de marché et poursuit son ralentissement notamment chez LCL, dans un contexte de hausse des taux, mais la conquête reste soutenue, et l’équipement des clients en assurances est dynamique.

Activité Banque de proximité en France

Pour la Banque de proximité en France, la production de crédit chez LCL baisse au troisième trimestre 2023 et s’élève à 6,8 milliards d’euros, soit -39,5% par rapport au troisième trimestre 2022, en lien avec le ralentissement global du marché lié au contexte de hausse des taux du marché et avec un effet base lié au niveau de production élevé en 2022. Sur le marché des Professionnels, la production est en baisse de -29,4% par rapport au troisième trimestre 2022, -28,5% sur le marché Entreprises, -51,1% sur l’Habitat dans un contexte de ralentissement du marché français (-44,3% sur la production habitat selon la Banque de France août 2023/août 2022), tandis que les taux à la production des prêts habitat poursuivent leur hausse (+56 points de base du taux entre le deuxième trimestre 2023 et le troisième trimestre 2023 chez LCL). Le taux à la signature s’établit à 4,41% (semaine du 09 au 13 octobre 2023). Les encours de crédits atteignent 168,0 milliards d’euros à fin septembre 2023 en hausse de +4,2% par rapport à fin septembre 2022, dont +5,2% sur les crédits habitats, +4,5% sur les crédits aux professionnels, +1,6% sur les crédits aux entreprises et +1,0% sur les crédits à la consommation. Les encours de collecte, qui s’établissent à 241,0 milliards d’euros à fin septembre 2023, sont également en hausse, de +4,6% par rapport à fin septembre 2022, portés par la collecte bilan (+5,6%) en lien avec la progression des comptes à terme (multipliés par 2,4 par rapport à fin septembre 2022 mais en hausse modérée de +9,4% par rapport à fin juin 2023) et des livrets (+12,8% par rapport à fin septembre 2022 mais en hausse légère à +2,1% par rapport à fin juin 2023), l’épargne hors bilan étant en hausse également par rapport à fin septembre 2022 (+2,9%).

Au troisième trimestre 2023, la conquête brute s’établit à 81 600 nouveaux clients et la conquête nette à 14 600 clients. Le taux d’équipement en assurances automobile, MRH, santé, juridique, tous mobiles/portables ou GAV progresse de +0,5 point de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2022 pour s’établir à 27,6% à fin septembre 2023.

Activité Banque de proximité en Italie

L’activité de la Banque de proximité en Italie, reste soutenue au troisième trimestre 2023, alors que le marché italien est en baisse. Le trimestre a en effet été marqué par le succès de l’offre promotionnelle de CA Italia en crédits habitat69. La conquête brute sur le troisième trimestre 2023 a ainsi atteint 46 000 nouveaux clients, et le fonds de commerce a cru de 15 000 clients70. Le taux d’équipement assurance dommage71 poursuit sa progression (+2,2 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2022) pour s’établir à 18,3%.

En parallèle, les encours de crédit de CA Italia à fin septembre 2023 s’établissent à 59,572 milliards d’euros, en hausse de +0,9% par rapport à fin septembre 2022, contrairement au marché italien en baisse73. La hausse des encours est d’ailleurs particulièrement marquée sur l’habitat avec +3,6% par rapport à fin septembre 2022, s’appuyant sur une production très dynamique, en hausse de +50% comparée au troisième trimestre 2022. Le taux moyen du stock de crédits poursuit sa progression, en hausse de +34 points de base rapport au deuxième trimestre 2023.

Enfin, les encours de collecte à fin septembre 2023 s’élèvent à 113,2 milliards d’euros, en hausse de +3,2% par rapport à fin septembre 2022. En particulier, la collecte bilan s’améliore de +6,8% par rapport à fin septembre 2022, et reste à un coût raisonnable grâce à l’importance de la collecte des particuliers, malgré la concurrence du titre souverain italien. La collecte hors bilan à l’inverse est en baisse de -1,1% par rapport à fin septembre 2022, du fait d’un effet marché essentiellement mais également d’une décollecte bien que cette dernière soit moins forte que lors des trimestres précédents.

Activité Groupe Crédit Agricole en Italie74

Les revenus sous-jacents des entités en Italie progressent de 22%74 par rapport aux neuf premiers mois 2022, notamment grâce au dynamisme de la marge nette d’intérêt de CA Italia. Enfin, la contribution de l'Italie aux résultats de Crédit Agricole S.A sur les neuf premiers mois 2023 s'élève à 895 millions d’euros, soit une amélioration de +30% par rapport aux neuf mois 2022.

Activité Banque de proximité à l’international hors Italie

Le périmètre de ce pôle inclue l’Egypte, la Pologne et l’Ukraine à fin septembre 2023, et couvrait également le Crédit du Maroc75 à fin septembre 2022.

Pour la Banque de proximité à l’international hors Italie, l’activité commerciale a été dynamique en Pologne et Egypte.

Les encours de crédit des Banques de proximité à l’international hors Italie s’établissent 7,0 milliards d’euros à fin septembre 2023 en baisse de -42,8% par rapport à fin septembre 2022, cette baisse significative s’explique essentiellement par la cession du Crédit du Maroc. Retraitée des encours du Crédit du Maroc la baisse des encours s’établit à -6,6% (+1,7% à change constant) par rapport à fin septembre 2023. Les encours de collecte s’établissent à 10,3 milliards d’euros et sont en baisse de -31,4% par rapport à fin septembre 2023, mais stables +0,4% (+18,5% à change constant) une fois retraités des encours du Crédit du Maroc.

Plus particulièrement, à change constant en Pologne et en Egypte, les encours de crédit sont en hausse de +5,4% par rapport à fin septembre 2022 et les encours de collecte progressent de +14,4% sur la même période. En Pologne, les encours de crédit augmentent de +4,3% par rapport à septembre 2022 notamment tirés par la banque de détail et par la production de crédits très dynamique (+25% par rapport au troisième trimestre 2022), la collecte bilan progresse +3,0%. En Egypte, les encours de crédit augmentent de +10,7% à change constant par rapport à fin septembre 2022. Les encours de collecte bilan sont en forte progression de +50,3% à change constant par rapport à fin septembre 2023.

L’excédent net de collecte sur les crédits de la Pologne et de l’Egypte s’élève à 2,2 milliards d’euros au 30 septembre 2023, et atteint 3,7 milliards d’euros en incluant le périmètre de l’Ukraine76.

Au 30 septembre 2023, le pôle Banque de proximité contribue à hauteur de 23% au résultat net part du Groupe des pôles métiers de Crédit Agricole S.A hors AHM et de 30% aux revenus sous-jacents hors AHM.

Au 30 septembre 2023, les fonds propres alloués au pôle s’élèvent à 9,6 milliards d’euros dont 5,0 milliards d’euros sur la Banque de proximité en France, 4,6 milliards d’euros sur la Banque de proximité à l’international. Les emplois pondérés du pôle sont de 100,3 milliards d’euros dont 52,2 milliards d’euros sur la Banque de proximité en France et 48,1 milliards d’euros sur la Banque de proximité à l’international.

Résultats Banque de proximité en France

Au troisième trimestre 2023, le produit net bancaire de LCL est en hausse de +5,9% par rapport au troisième trimestre 2022, et atteint 996 millions d’euros77. Hors reprise sur provision Epargne Logement, le produit net bancaire reste stable à +0,4% par rapport au troisième trimestre 2022 et s’établit à 944 millions d’euros. La marge nette d’intérêt, hors reprise sur provision Epargne Logement, est en légère hausse par rapport au troisième trimestre 2022 (+0,7%) et en hausse de 6,5% par rapport au trimestre précédent, tirée par la hausse du rendement des crédits grâce à la hausse progressive du taux moyen des crédits à l’actif et par les gains issus de la macrocouverture, mais toujours pénalisée par l’augmentation du coût des ressources clients et du refinancement. Ce trimestre les commissions restent stables également (+0,2%) sur tous les types de services. Les charges hors FRU sont maitrisées et s’établissent à -589 millions d’euros, en légère hausse de +3,0% par rapport au troisième trimestre 2022, en lien avec la hausse des frais de personnel (revalorisation). Le coefficient d’exploitation hors FRU diminue de 1,7 point de pourcentage, à 59,1% et demeure à un niveau bas. Le résultat brut d’exploitation est ainsi en hausse de 10,5%, à 407 millions d’euros. Le coût du risque poursuit sa normalisation, en hausse de +29,4% par rapport au troisième trimestre 2022 à -70 millions d’euros (stable par rapport au deuxième trimestre 2023). Le coût du risque sur encours78 s’élève à 17 points de base. Le taux de couverture s’établit à 62,0% à fin septembre, en baisse de -0,8 point de pourcentage ce trimestre par rapport à fin juin 2023. Le taux de créances douteuses atteint 1,9% à fin septembre 2023, stable par rapport à fin juin 2023. Finalement, le résultat net part du Groupe atteint 264 millions d’euros, en hausse de +16,4% par rapport au troisième trimestre 2022.

Sur les neuf premiers mois de l’année 2023, les revenus de LCL diminuent de -1,5% par rapport aux neuf premiers mois de l’année 2022 et atteignent 2 891 millions d’euros, sous l’effet de la contraction de la marge nette d’intérêt (-8,1%) dans un contexte de hausse du coût du refinancement et des ressources, mais avec une hausse des commissions (+5,9%), notamment celles sur l’assurance vie et non-vie et les moyens de paiement. Les charges hors FRU sont stables (+0,1%) et le coefficient d’exploitation hors FRU reste maitrisé (+1,0 point de pourcentage) à 60,2%. Le résultat brut d’exploitation diminue ainsi de -2,0% et le coût du risque augmente de +29,2%. Au final, la contribution du métier au résultat net part du groupe atteint 673 millions d’euros et diminue de -4,0%.

Au final, le métier contribue à hauteur de 12% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) aux neuf premiers mois de l’année 2023 et de 15% aux revenus sous-jacents hors AHM.

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent de LCL s’établit quant à lui à 15,9% au 30 septembre 2023.

Résultats Banque de proximité à l’international79

Au troisième trimestre 2023, les revenus de la Banque de proximité à l’international s’établissent à 1 024 millions d’euros, en progression de +27,3% (+32,1% à change constant) par rapport au troisième trimestre 2022, tirés principalement par la hausse de la marge nette d’intérêt dans le contexte de hausse des taux. Les charges d’exploitation restent maitrisées malgré le contexte inflationniste et s’élèvent à -504 millions d’euros, soit +3,7% par rapport au troisième trimestre 2022, +5,6% à change constant. Ainsi, le résultat brut d’exploitation s’établit à 520 millions d’euros, en hausse de +63,3% (+75% à change constant) par rapport au troisième trimestre 2022. Le coût du risque atteint -121 millions d’euros, stable par rapport au troisième trimestre 2022. Le résultat net part du Groupe de la Banque de proximité à l’international s’établit ainsi à 225 millions d’euros, soit le double des résultats du troisième trimestre 2022 (x1,2 à change constant).

Sur les neuf premiers mois 2023, les revenus de de la Banque de proximité à l’international augmentent de +23,8% pour s’établir à 2 975 millions d’euros (+17,6% à change constant). Les charges hors FRU sont maitrisées à -1 531 millions d’euros, stables par rapport aux neuf mois 2022 à cours courant (+1,1%) et constant (+0,5%), bénéficiant d’un effet de base avec des charges d’intégration de Creval retraitées en sous-jacent en 2022 pour 30 millions d’euros. Le résultat brut d’exploitation s’établit à 1 444 millions d’euros, en hausse de +62,1% (+43,5% à change constant). Le coût du risque est en baisse de -29,1% à -362 millions d’euros par rapport aux neuf premiers mois 2022, principalement sous l’effet du provisionnement prudent au titre du risque sur l’Ukraine, retraité en résultat sous-jacent du premier trimestre 202280. Au final, le résultat net part du Groupe de la Banque de proximité à l’international s’établit à 600 millions d’euros, contre 123 millions aux neuf premiers mois 202280.

Sur les neuf premiers mois 2023, la Banque de Proximité à l’International contribue à hauteur de 12% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors AHM) et de 15% à leurs revenus sous-jacents hors AHM.

Résultats Banque de proximité en Italie

Au troisième trimestre 2023, les revenus de Crédit Agricole Italia s’établissent à 783 millions d’euros, en hausse de +26,8% par rapport au troisième trimestre 2022. La hausse des taux continue de soutenir la marge nette d’intérêt ayant un impact positif sur le taux moyen du stock de crédits à l’actif (+34 points de base comparé au deuxième trimestre 2023). Néanmoins, la marge nette d’intérêts du troisième trimestre 2023 se stabilise comparée au deuxième trimestre 2023. Les charges d’exploitation hors FRU sont en hausse (+4,8%) par rapport au troisième trimestre 2022, à -394 millions d’euros portées les charges de personnel. Ainsi, le résultat brut d’exploitation augmente significativement (+60,9%) par rapport au troisième trimestre 2022, s’établissant à 389 millions d’euros. Le coût du risque du deuxième trimestre s’élève à -84 millions d’euros, en hausse de +35,7% par rapport au troisième trimestre 2022, dont -74 millions au titre du risque avéré, et -7 millions au titre du provisionnement pour encours sains. Le coût du risque sur encours81 est à 6082 points de base, en hausse de 3 points de base par rapport au deuxième trimestre 2023. Le taux de créances douteuses s’établit à 3,6%, en légère hausse par rapport au deuxième trimestre 2023 (+0,1 point) et le taux de couverture à 69,4% (+1,7 point de pourcentage par rapport au deuxième trimestre 2023). Le résultat net part du Groupe de CA Italia s’établit ainsi à 166 millions d’euros en hausse de +64,8% par rapport au troisième trimestre 2022.

Sur les neuf premiers mois 2023, les revenus de Crédit Agricole Italia augmentent de +23,9% pour s’établir à 2 304 millions d’euros. Les charges hors FRU sont maitrisées à 1 163 millions d’euros, stables par rapport aux neuf premiers mois 2022, et en hausse de +4,2% une fois retraités des coûts d’intégration Creval de -30 millions d’euros constatés en 2022. Ainsi, le résultat brut d’exploitation s’établit à 1 101 millions d’euros, en hausse de +63,3% par rapport aux neuf premiers mois 2022 (+56,3% après retraitement des coûts d’intégration de Creval de 2022). Le coût du risque est en hausse de +29,2% à -234 millions d’euros par rapport aux neuf premiers mois 2022, impacté principalement par la hausse du provisionnement des encours sains (+46 millions d’euros). Au final, le résultat net part du Groupe de CA Italia s’établit à 476 millions d’euros, en hausse de +68,4% par rapport aux neuf premiers mois 2022.

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent de CA Italia s’établit à 21,6% au 30 septembre 2023.

Résultats Banque de proximité à l’international - hors Italie83

Au troisième trimestre 2023, les revenus de la Banque de proximité à l’international hors Italie s’établissent à 241 millions d’euros, en progression de +29,3% (+53,3% à change constant) par rapport au troisième trimestre 2022. La hausse des revenus est marquée en Pologne et en Egypte avec +33,9% par rapport au troisième trimestre 2022 (+64,4% à change constant) portée par une marge nette d’intérêts en hausse de +81% à cours courant (+45% à cours constant). Les charges d’exploitations restent maitrisées et s’élèvent à 110 millions d’euros, stables par rapport au troisième trimestre 2022 (+8,6% à change constant). Le résultat brut d’exploitation s’établit à 131 millions d’euros, en hausse de +70,9% (x1,3 à change constant) par rapport au troisième trimestre 2022. Le coût du risque atteint -36 millions d’euros, en baisse de -37,0%, intégrant au troisième trimestre 2023 le provisionnement des prêts CHF en Pologne. Par ailleurs, à fin septembre 2023, le taux de couverture des encours de crédit reste très élevé en Pologne et en Egypte à 129% et à 160% respectivement. En Ukraine, le taux de couverture locale reste prudent. Au final, la contribution de la Banque de proximité à l’international hors Italie au résultat net part du Groupe est de 59 millions d’euros, x6,2 par rapport au troisième trimestre 2022.

Sur les neuf mois 2023, les revenus de la Banque de proximité à l’international hors Italie s’établissent à 671 millions d’euros, en hausse de +23,4% (+48,0% à change constant) par rapport aux neuf premiers mois 2022, tirée par la hausse de la marge net d’intérêt. Les charges d’exploitation hors FRU sont stables bénéficiant d’un effet change favorable (+0,2% par rapport aux neuf mois 2022, +10,7% à change constant) et s’élèvent à -328 millions d’euros. Ainsi, le résultat brut d’exploitation s’établit à 343 millions d’euros, en hausse de +58,4% (x1,2 à change constant) par rapport aux neuf premiers mois 2022. Le coût du risque s’établit à -128 millions d’euros, en baisse de -61,2% par rapport aux neuf premiers mois 2022 qui était impacté par le provisionnement de -195 millions d’euros au titre de l’Ukraine, retraité en résultat sous-jacent du premier trimestre 2022. Le résultat sur les activités arrêtées se réduit de 21 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022 à 7 millions d’euros sur les neuf mois 2023, en lien avec la cession du contrôle de Crédit du Maroc au quatrième trimestre 2022. Au final, la contribution de la Banque de proximité à l’international hors Italie au résultat net part du Groupe est de 124 millions d’euros (-159 millions d’euros aux neuf premiers mois 2022, impacté alors par le provisionnement de l’Ukraine).

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent de la Banque de proximité à l’international hors Italie s’établit à 24,5% au 30 septembre 2023.

Résultat Activités hors métiers

L’effet lié aux « marges internes » au moment de la consolidation de l’activité assurances au niveau de Crédit Agricole a été comptabilisé dans le pôle Activités Hors Métiers, contribuant à réduire davantage le coefficient d’exploitation de Crédit Agricole S.A. L’impact trimestriel des marges internes est de -211 millions d’euros en revenus et de + 211 millions d’euros en charges ; l’impact sur les neuf premiers mois 2023 est de -607 millions d’euros en revenus et de + 607 millions d’euros en charges.

Le résultat net part du Groupe sous-jacent des activités hors métiers s’établit à -55 millions au troisième trimestre 2023, en hausse de +191 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2022. La contribution du pôle Activités hors métiers s’analyse en distinguant la contribution « structurelle » (-24 millions d’euros) des autres éléments (-31 millions d’euros). La contribution de la composante « structurelle » est en hausse de +275 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2022 et se décompose en trois types d’activités :

  • Les activités et fonctions d’organe central de Crédit Agricole S.A. entité sociale. Cette contribution atteint -64 millions d’euros au troisième trimestre 2023, en hausse de +251 millions d’euros, intégrant notamment un impact favorable de +171 millions d’euros lié à la reprise de la provision Epargne Logement.
  • Les métiers non rattachés aux pôles métiers, comme CACIF (Private equity), CA Immobilier et BforBank intégrés en mise en équivalence. Leur contribution s’élève à +37 millions d’euros au troisième trimestre 2023, en hausse de +30 millions d’euros, bénéficiant d’un impact favorable de la revalorisation des titres Banco BPM (+30 millions d’euros avec un cours au 30 septembre 2023 à 4,535€, +6% par rapport au 30 juin 2023).
  • Les activités support du Groupe. Leur contribution s’élève à +4 millions d’euros ce trimestre (-5 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2022).

La contribution des « autres éléments » est en baisse de -85 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2022, du fait d’impacts négatifs liés à la saisonnalité inflation et à la volatilité OIS/BOR ce trimestre.

Sur les neuf premiers mois 2023, le résultat net part du Groupe sous-jacent du pôle AHM s’élève à -375 millions d’euros, en hausse de +133 millions d’euros, par rapport au neuf premiers mois 2022. La composante structurelle contribue à hauteur de -480 millions d’euros et les autres éléments du pôle enregistrent une contribution de +105 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2023.La contribution de la composante « structurelle » est en hausse de +236 millions d’euros comparé au neuf premiers mois 2022 et se décompose en trois types d’activités :

  • Les activités et fonctions d’organe central de Crédit Agricole S.A. entité sociale. Cette contribution atteint -681 millions d’euros, en hausse de +91 millions d’euros par rapport au neuf premiers mois 2022, tenant compte de la reprise de provision Epargne Logement de +171 millions d’euros.
  • Les métiers non rattachés aux pôles métiers, comme CACIF (Private equity), CA Immobilier et BforBank: leur contribution, à +188 millions d’euros, est en hausse de +149 millions d’euros par rapport au neuf premiers mois 2022.
  • Les fonctions support du Groupe : leur contribution est de +12 millions d’euros, en baisse de -4 millions d’euros comparé avec la contribution sur les neuf premier mois 2022.

La contribution des « autres éléments » s’établit à 105 millions d’euros, en baisse de -104 millions d’euros par rapport au neuf premiers mois 2022.

Au 30 septembre 2023, les emplois pondérés sont de 26,0 milliards d’euros.

*        *

*

Solidité financière

Groupe Crédit Agricole

Au 30 septembre 2023, le ratio Common Equity Tier 1 (CET1) phasé du groupe Crédit Agricole s’établit à 17,5% en vision phasée, en baisse de 10 points de base par rapport à fin juin 2023. Ainsi, le Groupe Crédit Agricole affiche un coussin substantiel de 8,2 points de pourcentage entre le niveau de son ratio CET1 et l’exigence SREP84 fixée à 9,3% et affiche l’écart au SREP le plus important parmi les GSIB européennes85. Le ratio CET1 non phasé atteint 17,3%.

Au cours du troisième trimestre 2023 :

  • L’anticipation de l’impact de l’achat d’actions Crédit Agricole S.A. par la SAS Rue la Boétie avant la fin du premier semestre 2024 réduit le ratio CET1 de -17 points de base
  • Le ratio CET1 bénéficie d’un impact de +31 points de base lié au résultat conservé, qui est supérieur à la croissance organique des métiers,
  • L’évolution des emplois pondérés liée à la croissance organique des métiers impacte le ratio CET1 du Groupe à hauteur de -22 points de base, correspondant à la hausse des emplois pondérés des métiers (dont +2,1 milliards d’euros pour les Caisses régionales),

Le ratio Tier 1 phasé ressort à 18,7% et le ratio global phasé est à 21,5% à fin septembre 2023.

Le ratio de levier phasé ressort à 5,6%, bien au-dessus de l’exigence réglementaire de 3,5%. A l’exigence minimale de 3% s’ajoute, depuis le 01/01/2023 et uniquement pour les établissements d’importance systémique mondiale (G-SII) un coussin de ratio de levier, défini comme la moitié du coussin G-SII de l’entité soit s’élevant à 0,5% pour le Groupe Crédit Agricole.

Les emplois pondérés du Groupe Crédit Agricole s’élèvent à 605,5 milliards euros, en hausse de +9,6 milliards d’euros par rapport au 30 juin 2023. La croissance organique des métiers (y compris change) contribue à cette évolution pour +6,4 milliards d’euros dont +2,1 milliards d’euros d’emplois pondérés sur les Caisses régionales. Les opérations de fusions-acquisition concernent l’intégration de RBC IS en Europe pour 1,8 milliards d’euros, d’ALD/LeasePlan pour 1,6 milliards d’euros, ces deux opérations étant partiellement compensées par la prise en compte de la titrisation synthétique de CA Auto Bank pour -3,2 milliards d’euros. Enfin les effets méthodologies et règlementaires, hors impact du changement de traitement prudentiel du goodwill de l’assurance, ont un effet favorable ce trimestre de -0,9 milliard d’euros.

Seuils de déclenchement du montant maximum de distribution (MMD et L-MMD)

La transposition de la réglementation bâloise dans la loi européenne (CRD) a instauré un mécanisme de restriction des distributions applicables aux dividendes, aux instruments AT1 et aux rémunérations variables. Le principe du Montant Maximal Distribuable (MMD, somme maximale qu’une banque est autorisée à consacrer aux distributions) vise à restreindre les distributions lorsque ces dernières entraineraient en un non-respect de l’exigence globale de coussins de fonds propres.

La distance au seuil de déclenchement du MMD correspond ainsi au minimum entre les distances respectives aux exigences SREP en capital CET1, Tier 1 et Fonds propres totaux.

Le Groupe Crédit Agricole, au 30 septembre 2023, dispose d’une marge de sécurité de 768 points de base au-dessus du seuil de déclenchement du MMD, soit 47 milliards d’euros de capital CET1.

Crédit Agricole S.A., au 30 septembre 2023, dispose d’une marge de sécurité de 354 points de base au-dessus du seuil de déclenchement du MMD, soit 14 milliards d’euros de capital CET1.

Le non-respect de l’exigence de coussin de ratio de levier entraînerait une restriction de distributions et le calcul d’un montant maximal distribuable (L-MMD).

Au 30 septembre 2023, le Groupe Crédit Agricole dispose d’une marge de sécurité de 213 points de base au-dessus du seuil de déclenchement du L-MMD, soit 43 milliards d’euros de capital Tier 1.

TLAC

L’exigence de ratio TLAC a été transposée en droit de l’Union européenne via CRR2 et s’applique depuis le 27 juin 2019. Le Groupe Crédit Agricole doit satisfaire à tout moment aux exigences de ratio TLAC suivantes :

  • un ratio TLAC supérieur à 18% des actifs pondérés des risques (Risk Weighted Assets - RWA), niveau auquel s’ajoute, d’après la directive européenne CRD5, une exigence globale de coussins de fonds propres (incluant pour le Groupe Crédit Agricole un coussin de conservation de 2,5%, un coussin G-SIB de 1% et le coussin contracyclique fixé à 0,43% pour le groupe Crédit Agricole au 30/09/23). En tenant compte de l’exigence globale de coussins de fonds propres, le Groupe Crédit Agricole doit respecter un ratio TLAC supérieur à 21,9% ;
  • un ratio TLAC supérieur à 6,75% de l’exposition en levier (Leverage Ratio Exposure - LRE).

L’objectif 2025 du Groupe Crédit Agricole est de conserver un ratio TLAC supérieur ou égal à 26% des RWA hors dette senior préférée éligible.

Au 30 septembre 2023, le ratio TLAC du Groupe Crédit Agricole s’élève à 27,1% des RWA et 8,2% de l’exposition en levier, hors dette senior préférée éligible86, soit bien au-delà des exigences. Le ratio TLAC exprimé en pourcentage des actifs pondérés des risques est stable sur le trimestre, en lien avec la hausse des RWA compensée par la progression des fonds propres et éléments éligibles sur la période. Exprimé en pourcentage de l’exposition en levier (LRE), le ratio TLAC est en hausse de 10 bp par rapport à juin 2023.

Le Groupe présente ainsi un ratio TLAC hors dette senior préférée éligible supérieur de 520 points de base, soit 31 milliards d’euros, au-delà de l’exigence actuelle de 21,9% des RWA.

Au 3 octobre 2023, 5,2 milliards d’euros équivalent ont été émis sur le marché (dette senior non préférée et Tier 2) en plus des 1,25 milliard d’euros AT1. A fin septembre, le montant de titres senior non préférés du Groupe Crédit Agricole pris en compte dans le calcul du ratio TLAC s’élève à 27,6 milliards d’euros.

MREL

Les niveaux minimums à respecter sont déterminés dans des décisions prises par les autorités de résolution et notifiées à chaque établissement, puis révisées périodiquement. Le Groupe Crédit Agricole doit respecter depuis le 1er janvier 2022 une exigence minimale de MREL total de :

  • 21,04% des RWA, niveau auquel s’ajoute d’après la directive européenne CRD5, une exigence globale de coussins de fonds propres (incluant pour le Groupe Crédit Agricole un coussin de conservation de 2,5%, un coussin G-SIB de 1% et le coussin contracyclique fixé à 0,43% pour le Groupe CA au 30/09/23). En tenant compte de l’exigence globale de coussins de fonds propres, le Groupe Crédit Agricole doit respecter un ratio MREL total supérieur à 25,0% ;
  • 6,02% de la LRE.

Au 30 septembre 2023, le Groupe Crédit Agricole présente un ratio MREL à 32,2% des RWA et 9,7% de l’exposition en levier, bien au-delà de l’exigence de MREL total.

Une exigence de subordination additionnelle au TLAC (« MREL subordonné ») est également déterminée par les autorités de résolution et exprimée en pourcentage des RWA et de la LRE, dans laquelle les instruments de dette senior sont exclus, à l’instar du TLAC, dont le ratio est équivalent à celui du MREL subordonné pour le Groupe Crédit Agricole. Depuis le 1er janvier 2022, cette exigence de MREL subordonné pour le Groupe Crédit Agricole n’excède pas l’exigence de TLAC.

La distance au seuil de déclenchement du montant maximum de distribution liée aux exigences de MREL (M- MMD) correspond au minimum entre les distances respectives aux exigences de MREL, MREL subordonné et TLAC exprimées en RWA.

Le Groupe Crédit Agricole, au 30 septembre 2023, dispose ainsi d’une marge de sécurité de 520 points de base au-dessus du seuil de déclenchement du M-MMD, compte tenu de l’exigence TLAC applicable au 30/09/2023, soit 31 milliards d’euros de capital CET1.

Crédit Agricole S.A.

Au 30 septembre 2023, le ratio de solvabilité de Crédit Agricole S.A. s’établit au-dessus de la cible du Plan à Moyen Terme, avec un ratio Common Equity Tier 1 (CET1) de 11,8% en vision phasée, en hausse de 21 points de base par rapport au 30 juin 2023. Ainsi, Crédit Agricole S.A. affiche un coussin confortable de 3,6 points de pourcentage entre le niveau de son ratio CET1 et l’exigence SREP 87 fixée à 8,2%. Le coussin est en hausse par rapport aux 3,4 points de pourcentage à fin juin 2023 malgré la légère hausse sur le trimestre du coussin contracyclique. Le ratio CET1 non phasé atteint 11,7% au cours du troisième trimestre 2023 :

  • Le ratio CET1 bénéficie d’un impact positif de +20 points de base lié au résultat conservé. Cet impact correspond au résultat net part du Groupe net des coupons AT1 et de la distribution de 50% du résultat, soit une provision pour dividendes de 26 centimes par action au troisième trimestre 2023, et une provision pour dividendes de 76 centimes par action au titre des neuf premiers mois 2023,
  • L’évolution des emplois pondérés liée à la croissance organique des métiers impacte le ratio CET1 à hauteur de -15 points de base, intégrant une hausse des emplois pondérés des métiers à hauteur +4,9 milliards d’euros concentrée sur le pôle Grandes clientèles à hauteur de +2,1 milliards d’euros en partie liée à un effet change EUR/USD défavorable, sur le pôle Banque de proximité à hauteur de 1,5 milliards d’euros (notamment en France et en Italie) et sur l’assurance à hauteur de 1,4 milliards d’euros avec la hausse de la VME88 en raison du résultat conservé du troisième trimestre.
  • Les effets méthodologies et règlementaires qui impactent favorablement le ratio CET1 à hauteur de +16 points de base concernent principalement le changement de traitement prudentiel des goodwills de l’assurance en application de la FAQ de l’EBA qui permet d’arrêter la déduction directe des goodwills associés aux participations indirectes. Ce changement de méthode a un impact de +15 points de base.
  • Les opérations de fusions-acquisitions impactent le ratio CET1 à hauteur de -4 points de base avec l’acquisition de RBC IS Europe pour -7 points de base, de ALD/LeasePlan pour -6 points de base partiellement compensées par la prise en compte ce trimestre de la titrisation synthétique de CA Auto Bank pour +11 points de base.
  • Les OCI et Autres impactent le ratio CET1 à hauteur de +4 points de base.

Le ratio de levier phasé s’établit à 4,0% à fin septembre 2023, stable par rapport à fin juin 2023, au-dessus de l’exigence de 3%.

Le ratio Tier 1 phasé ressort à 13,7% et le ratio global phasé est à 17,9% ce trimestre.

Les emplois pondérés de Crédit Agricole S.A. s’élèvent à 383,9 milliards euros à fin septembre 2023, en hausse de +7,0 milliards d’euros par rapport au 30 juin 2023. La contribution des métiers (y compris effet change) s’élève à +4,0 milliards d’euros, intégrant une hausse des emplois pondérés du pôle Grandes clientèles à hauteur +2,1 milliards d’euros liée principalement à un effet change EUR/USD défavorable et la croissance du pôle Gestion de l’Epargne et Assurances compte tenu du résultat conservé de l’assurance du troisième trimestre de +0,4 milliards d’euros (y compris OCI). Les opérations de fusions-acquisitions décrites ci-dessus contribuent à la croissance des RWA à hauteur de +0,2 milliard d’euros (l’impact de l’acquisition de RBC IS Europe et d’ALD/LeasePlan est compensé par l’effet favorable de la titrisation CA Auto Bank).

Liquidité et Refinancement

L’analyse de la liquidité est réalisée à l’échelle du Groupe Crédit Agricole.

Afin de fournir une information, simple, pertinente et auditable de la situation de liquidité du Groupe, l’excédent de ressources stables du bilan cash bancaire est calculé trimestriellement.

Le bilan cash bancaire est élaboré à partir des comptes en normes IFRS du Groupe Crédit Agricole. Il repose d’abord sur l’application d’une table de passage entre les états financiers IFRS du Groupe et les compartiments du bilan cash et dont la définition est communément admise sur la place. Il correspond au périmètre bancaire, les activités d’assurance étant gérées avec leur propre contrainte prudentielle.

À la suite de la répartition des comptes IFRS dans les compartiments du bilan cash, des calculs de compensation (nettings) sont effectués. Ils concernent certains éléments de l’actif et du passif dont l’impact est symétrique en termes de risque de liquidité. Ainsi, les impôts différés, impacts de la juste valeur, dépréciations collectives, ventes à découvert et autres actifs et passifs font l’objet d’un netting pour un montant de 36 milliards d’euros à fin septembre 2023. De même, 140 milliards d’euros de repos/reverse repos sont éliminés, dans la mesure où ces encours sont la traduction de l’activité du desk Titres effectuant des opérations de prêts/emprunts de titres qui se compensent. Les autres nettings effectués pour la construction du bilan cash, pour un montant total de 202 milliards d’euros à fin septembre 2023, sont relatifs aux dérivés, appels de marge, comptes de régularisation / règlement / liaison et aux titres non liquides détenus par la Banque de financement et d’investissement (BFI) et sont intégrés au compartiment des « Actifs de négoce à la clientèle ».

Il est à noter que la centralisation à la Caisse des Dépôts et Consignations ne fait pas l’objet d’un netting dans la construction du bilan cash ; le montant de l’épargne centralisée (93 milliards d’euros à fin septembre 2023) étant intégré à l’actif dans les « Actifs de négoce à la clientèle » et au passif dans les « Ressources clientèle ».

Dans une dernière étape, d’autres retraitements permettent de corriger les encours que les normes comptables attribuent à un compartiment, alors qu’ils relèvent économiquement d’un autre compartiment. Ainsi, les émissions Senior dans les réseaux bancaires ainsi que les refinancements de la Banque Européenne d’Investissements et Caisse des Dépôts et Consignations et les autres refinancements de même type adossés à des prêts clientèle, dont le classement comptable engendrerait une affectation au compartiment « Ressources marché long terme », sont retraités pour apparaître comme des « Ressources clientèle ».

On notera que parmi les opérations de refinancement banques centrales, les encours correspondant au T-LTRO (Targeted Longer-Term Refinancing Operations) sont intégrés dans les « Ressources marché long terme ». En effet, les opérations de T-LTRO 3 sont assimilées à un refinancement sécurisé de long terme, identique du point de vue du risque de liquidité à une émission sécurisée.

Les opérations de pension livrée (repos) moyen-long terme sont également comprises dans les « Ressources marché long terme ».

Enfin, les contreparties bancaires de la BFI avec lesquelles nous avons une relation commerciale sont considérées comme de la clientèle pour la construction du bilan cash.

Le bilan cash bancaire du Groupe, à 1 658 milliards d’euros au 30 septembre 2023, fait apparaître un excédent des ressources stables sur emplois stables de 178 milliards d’euros, en hausse de 6 milliards d’euros par rapport à fin juin 2023 après remboursement de l’échéance de TLTRO du mois de septembre (8 Mds€).

L’encours total T-LTRO 3 pour le Groupe Crédit Agricole s’élève à 37,6 milliards d’euros89 au 30 septembre 2023, en baisse de 8 milliards d’euros90 remboursé sur le trimestre. A noter, concernant la position en ressources stables, que le pilotage interne du Groupe exclut le surplus temporaire de ressources stables apportées par l’augmentation du refinancement T-LTRO 3, afin de sécuriser l’objectif du Plan à Moyen Terme de 110-130 milliards d’euros, indépendamment de la stratégie de remboursement.

Par ailleurs, compte-tenu des excédents de liquidité, le Groupe demeure en position prêteuse à court terme au 30 septembre 2023 (dépôts Banques centrales supérieurs au montant de l’endettement court terme net).

Les ressources de marché à moyen-long terme s’élèvent à 262 milliards d’euros au 30 septembre 2023, en hausse de 2 milliards d’euros par rapport à fin juin 2023. La hausse de la collecte stable et l’exécution du plan de refinancement compensent le remboursement de ressources T-LTRO 3 en septembre 2023.

Elles comprennent les dettes seniors collatéralisées à hauteur de 106 milliards d’euros, les dettes seniors préférées à hauteur de 104 milliards d’euros, les dettes seniors non préférées pour 30 milliards d’euros et des titres Tier 2 s’élevant à 22 milliards d’euros.

Les réserves de liquidité du Groupe, en valeur de marché et après décotes, s’élèvent à 419 milliards d’euros au 30 septembre 2023, en hausse de 15 milliards d’euros par rapport au 30 juin 2023 proforma.

Elles couvrent plus de deux fois l’endettement court terme net (hors replacements en Banques centrales).

Cette hausse des réserves de liquidité s’explique principalement par la hausse de la collecte clientèle et la réalisation du plan de financement Moyen Long Terme.

Le Groupe Crédit Agricole a par ailleurs poursuivi ses efforts afin de maintenir les réserves immédiatement disponibles (après recours au financement BCE). Les actifs non-HQLA éligibles en banque centrale après décote s’élèvent à 126 milliards d’euros.

Les établissements de crédit sont assujettis à un seuil sur le ratio LCR, fixé à 100% depuis le 1er janvier 2018.

Au 30 septembre 2023, les ratios LCR moyens sur 12 mois s’élèvent respectivement à 150,8% pour le Groupe Crédit Agricole et 145,2% pour Crédit Agricole S.A. Les ratios LCR de fin de mois s’élèvent respectivement à 143,3% pour le Groupe Crédit Agricole (soit un excédent de 86,9 milliards d’euros) et 144% pour Crédit Agricole S.A. (soit un excédent de 78,5 milliards d’euros). Ils sont supérieurs à l’objectif du Plan à Moyen Terme (environ 110%).

Par ailleurs, les ratios NSFR du Groupe Crédit Agricole et de Crédit Agricole S.A. sont supérieurs à 100%, conformément à l’exigence règlementaire entrée en application le 28 juin 2021 et supérieurs à l’objectif du Plan à Moyen Terme (>100%).

Le Groupe continue de suivre une politique prudente en matière de refinancement à moyen long terme, avec un accès très diversifié aux marchés, en termes de base investisseurs et de produits.

Au 30 septembre 2023, les principaux émetteurs du Groupe ont levé sur le marché l’équivalent de 56,6 milliards d’euros91,92 de dette à moyen long terme, dont 44% émis par Crédit Agricole S.A. On note notamment les montants suivants pour le Groupe :

  • Crédit Agricole CIB a émis 14 milliards d’euros en format structuré ;
  • Crédit Agricole Consumer Finance a émis 5,8 milliards d’euros sous forme de titrisations ABS et 1,9 milliards d’euros équivalent en émission MTN à travers l’entité Crédit Agricole Auto Bank (CAAB);
  • Crédit Agricole Assurances a émis un Tier 2 à 10 ans pour 500 millions d’euros et a réalisé une offre de rachat sur deux souches subordonnées perpétuelles (FR0012444750 & FR0012222297) pour 500 millions d’euros en octobre

Le financement à moyen long terme du Groupe peut se décomposer à travers les catégories suivantes :

  • 15,6 milliards d’euros de financement sécurisé ;
  • 19,4 milliards d’euros de financement non sécurisé vanille ;
  • 14,5 milliards d’euros de financement structuré ;
  • 7,1 milliards d’euros de dépôts institutionnels long-terme et CD.

Par ailleurs, 16,9 milliards d’euros ont également été levés hors marché et se répartissent entre :

  • 12,2 milliards d’euros au travers des réseaux de banques (Banque de proximité du Groupe ou réseaux externes) ;
  • 3,3 milliards d’euros auprès des organismes supranationaux et institutions financières ;
  • 1,4 milliard d’euros auprès de véhicules de refinancement nationaux (dont CRH).

Au 30 septembre 2023, Crédit Agricole S.A. a levé sur le marché l’équivalent de 24,8 milliards d’euros93,94 :

La banque a levé l’équivalent de 24,8 milliards d’euros, dont 3,5 milliards d’euros en dette senior non préférée et 1,7 milliard d’euros en dette Tier 2, ainsi que 12,1 milliards d’euros de dette senior préférée et 7,5 milliards d’euros de dette senior collatéralisée. Le financement est diversifié en formats et en devises avec notamment :

  • 7,3 milliards d’euros95 ;
  • 5,85 milliards de dollars américains (5,5 milliards d’euros équivalent) ;
  • 1.3 milliard de livres sterling (1,4 milliard d’euros équivalent) ;
  • 177 milliards de yen japonais96 (1,2 milliard d’euros équivalent) ;
  • 0,6 milliard de francs suisses (0,7 milliard d’euros équivalent) ;
  • 0,9 milliard de dollars australiens (0,6 milliard d’euros équivalent) ;
  • 0,9 milliard dollars singapouriens (0,6 milliard d’euros équivalent).
  • 1,0 milliard de Hong-Kong dollars (0,1 milliard d’euros équivalent).
  • 1,0 milliard de Yuan chinois (0,1 milliard d’euros équivalent).

A noter que Crédit Agricole S.A. a réalisé 58% de son refinancement en devises hors euros depuis le début de l’année.97,98    

De plus, Crédit Agricole S.A. a émis le 3 janvier 2023 un AT1 Perpétuel NC6 ans pour 1,25 milliard d’euros au taux initial de 7,25%.

A fin septembre, le plan de financement MLT s’élève à 24,8 milliards d’euros soit une réalisation de 99% du programme de financement 2023 de 25 milliards d’euros.

Annexe 1 – Eléments spécifiques, Groupe Crédit Agricole et Crédit Agricole S.A.

Groupe Crédit Agricole – Eléments spécifiques, T3-23, T3-22, 9M-23 et 9M-22

    T3-23 T3-22   9M-23 9M-22
€m   Impact brut* Impact en RNPG Impact brut* Impact en RNPG   Impact brut* Impact en RNPG Impact brut* Impact en RNPG
                     
DVA (GC)   2 2 14 10   (21) (15) 5 4
Couvertures de portefeuilles de prêts (GC)   (2) (1) (14) (11)   (26) (19) 59 44
Provisions Epargne logement (LCL)   52 38 - -   52 38 34 26
Provisions Epargne logement (AHM)   230 171 - -   230 171 53 39
Provisions Epargne logement (CR)   118 88 - -   118 88 412 306
Déclassement d'actifs en cours de cession - PNB (BPI)   - - - -   - - 0 0
Réorganisation des activités Mobilité (SFS)   1 0 - -   300 214 - -
Provision exceptionnelle sur les moratoires en Pologne (BPI)   - - (21) (17)   - - (21) (17)
Amende Echange Images Chèques (AHM)   - - - -   42 42 - -
Amende Echange Images Chèques (LCL)   - - - -   21 21 - -
Amende Echange Images Chèques (CR)   - - - -   42 42 - -
Total impact en PNB   402 298 (22) (17)   758 581 543 401
Coûts d'intégration Creval (BPI)   - - - -   - - (30) (18)
Coûts d'intégration Lyxor (GEA)   - - (9) (4)   - - (59) (31)
Réorganisation des activités Mobilité (SFS)   - - - -   (18) (13) - -
Total impact en Charges   - - (9) (4)   (18) (13) (90) (49)
Réorganisation des activités Mobilité (SFS)   - - - -   (85) (61) - -
Provision pour risque fonds propres Ukraine (BPI)   - - - -   - - (195) (195)
Total impact coût du risque de crédit   - - - -   (85) (61) (195) (195)
Réorganisation des activités Mobilité (SFS)   (26) (26) - -   (39) (39) - -
Total impact mise en équivalence   (26) (26) - -   (39) (39) - -
Réorganisation des activités Mobilité (SFS)   61 45 - -   89 57 - -
Total impact en Gains ou pertes nets sur autres actifs   61 45 - -   89 57 - -
Plus-value Cession La Médicale (GEA)   - - 101 101   - - 101 101
Déclassement d'actifs en cours de cession (BPI)   - - - -   - - (7) (10)
Total impact en Activités en cours de cession   - - 101 101   - - 94 91
Impact total des retraitements   436 317 71 79   705 525 352 248
Gestion de l'épargne et Assurances   - - 92 97   - - 42 70
Banque de proximité-France   170 126   -   233 189 446 331
Banque de proximité-International   - - (21) (17)   - - (253) (240)
Services financiers spécialisés   35 19 - -   247 159 - -
Grandes Clientèles   1 0 (1) (0)   (47) (35) 64 48
Activités hors métiers   230 171   -   272 213 53 39

* Impacts avant impôts et avant intérêts minoritaires

Crédit Agricole S.A. – Eléments spécifiques, T3-23, T3-22, 9M-23 et 9M-22

    T3-23 T3-22   9M-23 9M-22
En m€   Impact brut* Impact en RNPG Impact brut* Impact en RNPG   Impact brut* Impact en RNPG Impact brut* Impact en RNPG
                     
DVA (GC)   2 2 14 10   (21) (15) 5 4
Couvertures de portefeuilles de prêts (GC)   (2) (1) (14) (10)   (26) (19) 59 43
Provisions Epargne logement (LCL)   52 37 - -   52 37 34 24
Provisions Epargne logement (AHM)   230 171 - -   230 171 53 39
Réorganisation des activités Mobilité (SFS)   1 0 - -   300 214 - -
Amende Echange Images Chèques (AHM)   - - - -   42 42 - -
Amende Echange Images Chèques (LCL)   - - - -   21 20 - -
Provision exceptionnelle sur les moratoires en Pologne (BPI)   - - (21) (17)   - - (21) (17)
Total impact en PNB   284 209 (22) (17)   598 450 131 93
Réorganisation des activités Mobilité (SFS)   - - - -   (18) (13) - -
Coûts d'intégration Creval (BPI)   - - - -   - - (30) (16)
Coûts d'intégration Lyxor (GEA)   - - (9) (4)   - - (59) (30)
Total impact en Charges   - - (9) (4)   (18) (13) (90) (46)
Provision pour risque fonds propres Ukraine (BPI)   - - - -   - - (195) (195)
Réorganisation des activités Mobilité (SFS)   - - - -   (85) (61) - -
Total impact coût du risque de crédit   - - - -   (85) (61) (195) (195)
Réorganisation des activités Mobilité (SFS)   (26) (26) - -   (39) (39) - -
Total impact Mise en équivalence   (26) (26) - -   (39) (39) - -
Réorganisation des activités Mobilité (SFS)   61 45 - -   89 57 - -
Total impact Gains ou pertes sur autres actifs   61 45 - -   89 57 - -
Déclassement d'actifs en cours de cession (BPI)   - - - -   - - (7) (10)
Plus-value Cession La Médicale (GEA)   - - 101 101   - - 101 101
Total impact en Activités en cours de cession   - - 101 101   - - 94 91
Impact total des retraitements   318 227 71 79   545 394 (60) (57)
Gestion de l'épargne et Assurances   - - 92 97   - - 42 71
Banque de proximité-France   52 37 - -   73 57 34 24
Banque de proximité-International   - - (21) (17)   - - (253) (238)
Services financiers spécialisés   35 19 - -   247 159 - -
Grandes Clientèles   1 0 (1) (0)   (47) (34) 64 47
Activités hors métiers   230 171 - -   272 213 53 39

* Impacts avant impôts et avant intérêts minoritaires

Annexe 2 – Groupe Crédit Agricole : résultats par pôle

Groupe Crédit Agricole – Résultats par pôle, T3-23 et T3-22

  T3-23 (publié)
En m€ CR LCL BPI GEA SFS GC AHM Total
                 
Produit net bancaire 3 345 996 1 046 1 657 883 1 888 (567) 9 249
Charges d'exploitation hors FRU (2 328) (589) (522) (718) (424) (1 139) 454 (5 265)
FRU - - - - - - - -
Résultat brut d'exploitation 1 018 407 524 939 460 749 (113) 3 984
Coût du risque (254) (70) (126) (0) (224) (13) (6) (693)
Coût du risque juridique - - - - - - - -
Sociétés mises en équivalence 1 - 1 24 5 6 0 37
Gains ou pertes nets sur autres actifs 0 18 1 (5) 57 (2) (0) 69
Résultat avant impôt 765 355 400 958 298 740 (119) 3 397
Impôts (178) (79) (118) (221) (77) (203) 65 (810)
Rés. net des activités abandonnées (0) - 2 - (0) - - 2
Résultat net 587 277 284 737 220 537 (53) 2 588
Intérêts minoritaires (0) (0) (42) (110) (17) (39) 4 (204)
Résultat net part du Groupe 587 277 242 628 204 497 (49) 2 384
  T3-22 (publié)
En m€ CR LCL GEA BPI SFS GC AHM Total
                 
Produit net bancaire 3 335 940 1 512 823 699 1 607 (694) 8 222
Charges d'exploitation hors FRU (2 226) (572) (713) (503) (358) (978) 406 (4 943)
FRU - - - - - - - -
Résultat brut d'exploitation 1 109 368 799 320 341 630 (288) 3 280
Coût du risque (273) (54) (0) (119) (151) (34) (5) (636)
Coût du risque juridique - - - - - - - -
Sociétés mises en équivalence 0 - 24 0 82 5 0 111
Gains ou pertes nets sur autres actifs 1 0 (2) 0 6 1 0 6
Résultat avant impôt 837 314 821 202 278 602 (293) 2 762
Impôts (209) (75) (213) (61) (47) (156) 25 (736)
Rés. net des activités abandonnées - - 114 9 1 (1) (0) 123
Résultat net 628 240 721 151 232 445 (268) 2 149
Intérêts minoritaires (0) 2 (104) (27) (27) (27) 6 (178)
Résultat net part du Groupe 628 242 617 124 205 418 (262) 1 971

Groupe Crédit Agricole – Résultats par pôle, 9M-23 et 9M-22

  9M-23 (publié)
En m€ CR LCL BPI GEA SFS GC AHM Total
                 
Produit net bancaire 10 032 2 891 3 040 5 144 2 717 5 844 (1 946) 27 722
Charges d'exploitation hors FRU (7 217) (1 742) (1 542) (2 148) (1 224) (3 298) 1 389 (15 782)
FRU (111) (44) (40) (6) (29) (312) (77) (620)
Résultat brut d'exploitation 2 704 1 105 1 458 2 989 1 465 2 234 (634) 11 321
Coût du risque (831) (205) (366) (1) (686) (81) (8) (2 179)
Sociétés mises en équivalence 9 - 1 73 90 17 - 190
Gains ou pertes nets sur autres actifs 6 21 1 (5) 81 3 (1) 107
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - - -
Résultat avant impôt 1 887 921 1 095 3 057 950 2 173 (643) 9 438
Impôts (467) (217) (321) (696) (254) (561) 222 (2 293)
Rés. net des activités abandonnées (0) - 7 1 (0) - - 7
Résultat net 1 421 704 781 2 361 696 1 612 (421) 7 153
Intérêts minoritaires (1) (0) (121) (343) (61) (93) (0) (619)
Résultat net part du Groupe 1 420 704 660 2 018 635 1 519 (421) 6 534
  9M-22 (publié)
En m€ CR LCL GEA BPI SFS GC AHM Total
                 
Produit net bancaire 10 760 2 936 4 269 2 457 2 072 5 300 (1 841) 25 953
Charges d'exploitation hors FRU (6 911) (1 740) (2 138) (1 521) (1 084) (2 905) 1 278 (15 021)
FRU (156) (69) (7) (38) (34) (442) (56) (803)
Résultat brut d'exploitation 3 693 1 128 2 123 898 954 1 953 (620) 10 129
Coût du risque (830) (158) (6) (511) (388) (236) (11) (2 139)
Sociétés mises en équivalence 5 - 64 2 240 11 0 323
Gains ou pertes nets sur autres actifs 25 5 1 6 4 0 (0) 41
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - - -
Résultat avant impôt 2 893 974 2 184 395 810 1 729 (631) 8 354
Impôts (725) (250) (544) (173) (161) (435) 78 (2 211)
Rés. net des activités abandonnées - - 124 21 4 (1) - 148
Résultat net 2 168 724 1 764 243 652 1 292 (553) 6 291
Intérêts minoritaires (1) (0) (310) (85) (83) (63) 2 (539)
Résultat net part du Groupe 2 168 724 1 454 159 569 1 229 (551) 5 752

Annexe 3 – Crédit Agricole S.A. : Résultats par pôle

Crédit Agricole S.A. – Résultats par pôle, T3-23 et T3-22

  T3-23 (publié)
En m€ GEA GC SFS BP (LCL) BPI AHM Total
               
Produit net bancaire 1 656 1 888 883 996 1 024 (103) 6 343
Charges d'exploitation hors FRU (718) (1 139) (424) (589) (504) (2) (3 376)
FRU - - - - - - -
Résultat brut d'exploitation 937 748 460 407 520 (105) 2 967
Coût du risque (0) (13) (224) (70) (121) (2) (429)
Sociétés mises en équivalence 24 6 5 - 1 (12) 23
Gains ou pertes nets sur autres actifs (5) (2) 57 18 1 (0) 69
Résultat avant impôt 956 739 298 355 401 (119) 2 630
Impôts (221) (203) (77) (79) (118) 65 (633)
Rés. net des activités abandonnées - - (0) - 2 - 2
Résultat net 736 536 220 277 285 (55) 1 999
Intérêts minoritaires (114) (48) (17) (12) (60) 0 (251)
Résultat net part du Groupe 621 488 204 264 225 (55) 1 748
  T3-22 (publié)
En m€ GEA GC SFS BP (LCL) BPI AHM Total
               
Produit net bancaire 1 502 1 607 699 940 804 (232) 5 321
Charges d'exploitation hors FRU (713) (978) (358) (572) (486) (21) (3 127)
FRU - - - - - - -
Résultat brut d'exploitation 789 630 341 368 319 (252) 2 195
Coût du risque (0) (34) (151) (54) (120) (1) (360)
Sociétés mises en équivalence 24 5 82 - 0 (9) 102
Gains ou pertes nets sur autres actifs (2) 1 6 0 0 0 5
Résultat avant impôt 811 602 278 314 199 (262) 1 942
Impôts (211) (156) (47) (75) (60) 17 (533)
Rés. net des activités abandonnées 114 (1) 1 - 9 (0) 123
Résultat net 714 445 232 240 148 (246) 1 533
Intérêts minoritaires (106) (33) (27) (13) (38) 1 (217)
Résultat net part du Groupe 607 412 205 227 110 (245) 1 316

Crédit Agricole S.A. – Résultats par pôle, 9M-23 et 9M-22

  9M-23 (publié)
En m€ GEA GC SFS BP (LCL) BPI AHM Total
               
Produit net bancaire 5 133 5 844 2 717 2 891 2 975 (421) 19 140
Charges d'exploitation hors FRU (2 148) (3 298) (1 224) (1 742) (1 491) (20) (9 922)
FRU (6) (312) (29) (44) (40) (77) (509)
Résultat brut d'exploitation 2 979 2 234 1 465 1 105 1 444 (519) 8 709
Coût du risque (1) (81) (686) (205) (362) (2) (1 338)
Sociétés mises en équivalence 73 17 90 - 2 (45) 136
Gains ou pertes nets sur autres actifs (5) 3 81 21 1 (0) 102
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - -
Résultat avant impôt 3 047 2 173 950 921 1 085 (566) 7 609
Impôts (699) (561) (254) (217) (320) 218 (1 832)
Rés. net des activités abandonnées 1 - (0) - 7 - 7
Résultat net 2 349 1 612 696 704 772 (348) 5 785
Intérêts minoritaires (353) (125) (61) (31) (172) (27) (771)
Résultat net part du Groupe 1 996 1 486 635 673 600 (375) 5 014
  9M-22 (publié)
En m€ GEA GC SFS BP (LCL) BPI AHM Total
               
Produit net bancaire 4 245 5 301 2 072 2 936 2 403 (432) 16 525
Charges d'exploitation hors FRU (2 138) (2 905) (1 084) (1 740) (1 474) (43) (9 383)
FRU (7) (442) (34) (69) (38) (56) (647)
Résultat brut d'exploitation 2 100 1 954 954 1 128 891 (531) 6 495
Coût du risque (6) (236) (388) (158) (510) (5) (1 303)
Sociétés mises en équivalence 64 11 240 - 2 (27) 291
Gains ou pertes nets sur autres actifs 1 0 4 14 6 0 26
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - -
Résultat avant impôt 2 160 1 730 810 983 389 (563) 5 509
Impôts (537) (436) (161) (250) (172) 73 (1 483)
Rés. net des activités abandonnées 124 (1) 4 - 21 - 147
Résultat net 1 747 1 293 652 733 238 (490) 4 174
Intérêts minoritaires (320) (82) (83) (33) (115) (18) (651)
Résultat net part du Groupe 1 427 1 211 569 700 123 (508) 3 523

Annexe 4 – Données par action

Crédit Agricole S.A. – Bénéfice par action, actif net par action et RoTE
Crédit Agricole S.A. – données par action            
(en m€)   T3-2023 IFRS17 T3-2022 IFRS4   9M-23 IFRS17 9M-22 IFRS4
             
Résultat net part du Groupe - publié   1 748 1 352   5 014 3 880
- Intérêts sur AT1 y compris frais d’émission, avant IS   (136) (119)   (371) (327)
RNPG attribuable aux actions ordinaires - publié [A] 1 612 1 233   4 643 3 553
Nombre d'actions moyen, hors titres d'auto-contrôle (m) [B] 3 043 3 029   3 031 2 957
Résultat net par action - publié [A]/[B] 0,53 € 0,41 €   1,53 € 1,20 €
RNPG sous-jacent   1 520 1 273   4 620 3 937
RNPG sous-jacent attribuable aux actions ordinaires [C] 1 384 1 154   4 249 3 610
Résultat net par action - sous-jacent [C]/[B] 0,46 € 0,38 €   1,40 € 1,22 €
             
             
(en m€)         30/09/23 IFRS17 30/09/22 IFRS4
Capitaux propres - part du Groupe         69 416 64 295
- Emissions AT1         (7 235) (5 988)
- Réserves latentes OCI - part du Groupe         1 644 3 338
Actif net non réévalué (ANC) attrib. aux actions ord. [D]       63 825 61 644
- Écarts d’acquisition & incorporels** - part du Groupe         (17 255) (18 386)
ANC tangible non réévalué (ANT) attrib. aux actions ord. [E]       46 570 43 258
Nombre d'actions, hors titres d'auto-contrôle (fin de période, m) [F]       3 051,7 3 039,5
ANC par action, après déduction du dividende à verser (€) [D]/[F]       20,9 € 20,3 €
ANT par action, après déduction du dividende à verser (€) [G]=[E]/[F]       15,3 € 14,2 €
* dividende proposé par le Conseil d'administration et en attente de versement          
** y compris les écarts d'acquisition dans les participations ne donnant pas le contrôle          
             
(en m€)         9M-23 IFRS17 9M-22 IFRS4
Résultat net part du Groupe - publié [K]       5 014 3 880
Dépréciation d’immobilisation incorporelle [L]       0 0
IFRIC [M]       -542 -682
RNPG publié annualisé [N] = ([K]-[L]-[M])*4/3+[M]       6 866 5 401
Intérêts sur AT1 y compris frais d’émission, avant IS, annualisés [O]       -495 -436
Résultat publié ajusté [P] = [N]+[O]       6 371 4 965
AN tangible moyen non réévalué attribuable aux actions ordinaires (3) [J]       43 200 40 195
ROTE publié ajusté (%) = [P] / [J]       14,7% 12,4%
Résultat net part du Groupe sous-jacent [Q]       4 620 3 937
RNPG sous-jacent annualisé [R] = ([Q]-[M])*4/3+[M]       6 341 5 477
Résultat sous-jacent ajusté [S] = [R]+[O]       5 846 5 041
ROTE sous-jacent ajusté (%) = [S] / [J]       13,5% 12,5%
*** y compris hypothèse de distribution du résultat en cours de formation       0,0% 0,0%

(1) Moyenne de l’ANC tangible non réévalué attribuable aux actions ordinaires calculée entre les bornes 31/12/2022 et 30/09/2023

(2) ROTE calculé sur la base d’un RNPG annualisé et de charges IFRIC linéarisées

Indicateurs Alternatifs de Performance99

ANC Actif net comptable (non réévalué)

L’actif net comptable non réévalué correspond aux capitaux propres part du Groupe duquel ont été retraités le montant des émissions AT1, des réserves latentes liées aux valorisations par capitaux propres recyclables et du projet de distribution de dividende sur résultat annuel.

ANPA Actif Net Par Action - ANTPA Actif net tangible par actionL’actif net par action est une des méthodes de calcul pour évaluer une action. Il correspond à l’Actif net comptable rapporté au nombre d’actions en circulation en fin de période hors titres d’autocontrôle.

L’actif net tangible par action correspond à l’actif net comptable retraité des actifs incorporels et écarts d’acquisition, rapporté au nombre d’actions en circulation en fin de période hors titres d’autocontrôle.

BNPA Bénéfice Net Par ActionC’est le résultat net part du groupe de l’entreprise, net des intérêts sur la dette AT1, rapporté au nombre moyen d’actions en circulation hors titres d’autocontrôle. Il indique la part de bénéfice qui revient à chaque action (et non pas la part du bénéfice distribué à chaque actionnaire qu’est le dividende). Il peut diminuer, à bénéfice total inchangé, si le nombre d’actions augmente.

Coefficient d’exploitationLe coefficient d’exploitation est un ratio calculé en divisant les charges par le produit net bancaire ; il indique la part de produit net bancaire nécessaire pour couvrir les charges.

Coût du risque sur encoursLe coût du risque sur encours est calculé en rapportant la charge du coût du risque (sur quatre trimestres glissants) aux encours de crédit (sur une moyenne des quatre derniers trimestres, début de période). Le coût du risque sur encours peut également être calculé en rapportant la charge annualisée du coût du risque du trimestre aux encours de crédit début de trimestre. De manière similaire, le coût du risque de la période peut être annualisé et rapporté à la moyenne encours début de période.

Depuis le premier trimestre 2019, les encours pris en compte sont les encours de crédit clientèle, avant déduction des provisions.

Le mode de calcul de l’indicateur est spécifié lors de chaque utilisation de l’indicateur.

Créance douteuseUne créance douteuse est une créance en défaut. Un débiteur est considéré en situation de défaut lorsqu’au moins une des deux conditions suivantes est satisfaite :

  • un arriéré de paiement significatif généralement supérieur à 90 jours sauf si des circonstances particulières démontrent que l’arriéré est dû à des causes non liées à la situation du débiteur ;
  • l’entité estime improbable que le débiteur s’acquitte intégralement de ses obligations de crédit sans qu’elle ait recours à d’éventuelles mesures telles que la réalisation d’une sûreté.

Créance dépréciéeUne créance dépréciée est une créance ayant fait l’objet d’une provision pour risque de non-remboursement.

MRELLe ratio MREL (Minimum Requirement for Own Funds and Eligible Liabilities) est défini dans la Directive européenne « Redressement et Résolution des Banques » (Bank Recovery and Resolution Directive - BRRD). Cette directive établit un cadre pour la résolution des banques dans l’ensemble de l’Union Européenne, visant à doter les autorités de résolution d’instruments et de pouvoirs communs pour s’attaquer préventivement aux crises bancaires, préserver la stabilité financière et réduire l’exposition des contribuables aux pertes. La directive (UE) 2019/879 du 20 mai 2019 dite « BRRD2 » est venue modifier la BRRD et a été transposée en droit français par Ordonnance 2020-1636 du 21 décembre 2020.

Le ratio MREL correspond à un coussin de fonds propres et de passifs éligibles devant être disponibles pour absorber les pertes en cas de résolution. Sous BRRD2, le ratio MREL est calculé comme étant le montant de fonds propres et de passifs éligibles exprimé en pourcentage des actifs pondérés des risques (RWA), ainsi qu’en pourcentage de l’exposition en levier (LRE). Sont éligibles au numérateur du ratio MREL total les fonds propres prudentiels du Groupe, ainsi que les passifs éligibles émis par l’organe central et le réseau des affiliés, c’est-à-dire les titres subordonnés, les dettes senior non préférées et certaines dettes senior préférées d’échéance résiduelle de plus d’un an.

Taux de couverture des créances dépréciées (ou douteux)  Ce taux rapporte les encours de provisions aux encours de créances clientèles brutes dépréciées.

Taux des créances dépréciées (ou douteux) Ce taux rapporte les encours de créances clientèle brutes dépréciées sur base individuelle, avant provisions, aux encours de créances clientèle brutes totales.

TLACLe Conseil de stabilité financière (Financial Stability Board - FSB) a défini le calcul d’un ratio visant à estimer l’adéquation des capacités d’absorption de pertes et de recapitalisation des banques systémiques (Global Systemically Important Banks - G-SIBs). Ce ratio de Total Loss Absorbing Capacity (TLAC) fournit aux autorités de résolution le moyen d’évaluer si les G- SIBs ont une capacité suffisante d’absorption de pertes et de recapitalisation avant et pendant la résolution. Il s’applique aux établissements d’importance systémique mondiale, donc au groupe Crédit Agricole.

Sont éligibles au numérateur du ratio TLAC les fonds propres prudentiels du Groupe, ainsi que les titres subordonnés et les dettes senior non préférées éligibles d’échéance résiduelle de plus d’un an émis par Crédit Agricole SA.

RNPG Résultat net part du GroupeLe résultat net correspond au bénéfice ou à la perte de l’exercice (après impôt sur les sociétés). Le résultat net part du Groupe est égal à ce résultat diminué de la quote-part revenant aux actionnaires minoritaires des filiales consolidées globalement.

RNPG sous-jacentLe résultat net part du Groupe sous-jacent correspond au résultat net part du Groupe publié duquel a été retraité des éléments spécifiques (i.e. non récurrents ou exceptionnels) afin de faciliter la compréhension du résultat réel de la société.

RNPG attribuable aux actions ordinaires Le Résultat net part du Groupe attribuable aux actions ordinaires correspond au résultat net part du Groupe duquel ont été déduits les intérêts sur la dette AT1 y compris les frais d’émissions avant impôt.

RoTE Retour sur fonds propres tangibles - Return on Tangible EquityLe RoTE (Return on Tangible Equity) est une mesure de la rentabilité sur fonds propres tangibles en rapportant le RNPG annualisé à l’ANC du groupe retraité des immobilisations incorporelles et écarts d’acquisition. Le RNPG annualisé correspond à l’annualisation du RNPG (T1x4 ; S1x2 ; 9Mx4/3) hors dépréciation d’immobilisations incorporelles et en retraitant chaque période des impacts IFRIC afin de les linéariser sur l’année.

Avertissement

L’information financière de Crédit Agricole S.A. et du Groupe Crédit Agricole pour le troisième trimestre et les neuf premiers mois 2023 est constituée de ce communiqué de presse, des slides de présentation et, des annexes à cette présentation, disponibles sur le site https://www.credit-agricole.com/finance/publications-financieres.

Ce communiqué de presse peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l’information sur les tendances. Ces données ne constituent pas des prévisions au sens du règlement délégué UE 2019/980 du 14 mars 2019 (chapitre 1, article 1,d).

Ces éléments sont issus de scenarios fondés sur un certain nombre d’hypothèses économiques dans un contexte concurrentiel et réglementaire donné. Par nature, ils sont donc soumis à des aléas qui pourraient conduire à la non-réalisation des projections et résultats mentionnés. De même, les informations financières reposent sur des estimations notamment lors des calculs de valeur de marché et des montants de dépréciations d’actifs.

Le lecteur doit prendre en considération l’ensemble de ces facteurs d’incertitudes et de risques avant de fonder son propre jugement.

Normes applicables et comparabilité

Les chiffres présentés au titre de la période de neuf mois close au 30 septembre 2023 ont été établis en conformité avec le référentiel IFRS tel qu’adopté par l’Union européenne et applicable à cette date, et avec la réglementation prudentielle en vigueur à ce jour. Ces informations financières ne constituent pas des états financiers pour une période intermédiaire, tels que définis par la norme IAS 34 « Information financière intermédiaire » et n’ont pas été auditées.

Sauf mention contraire, l’ensemble des chiffres présentés dans cette présentation pour l’année 2022 sont en proforma IFRS 17

Note : Les périmètres de consolidation des groupes Crédit Agricole S.A. et Crédit Agricole n’ont pas changé de façon matérielle depuis le dépôt auprès de l’AMF du Document d’enregistrement universel 2022 de Crédit Agricole S.A. et de l’amendement A.01 de ce Document d’enregistrement universel 2022 comprenant les informations réglementées pour le Groupe Crédit Agricole.

La somme des valeurs contenues dans les tableaux et analyses peut différer légèrement du total en raison de l’absence de gestion des arrondis.

Au 30 juin 2023, Crédit Agricole Auto Bank est le nom de la nouvelle entité issue de la reprise à 100% de FCA Bank par Crédit Agricole Consumer Finance. Crédit Agricole Auto Bank est consolidée selon la méthode de l’intégration globale dans les comptes consolidés de Crédit Agricole S.A.

Au 30 juin 2023, Leasys est la nouvelle filiale commune entre CACF et Stellantis, elle est consolidée selon la méthode de mise en équivalence dans les comptes consolidés de Crédit Agricole S.A.

Au 30 septembre 2023, Crédit Agricole Consumer Finance a finalisé l’acquisition des activités d’ALD et Lease Plan dans six pays européens. L’acquisition est réalisée par Drivalia, filiale de Crédit Agricole Auto Bank, et Leasys.

Au 30 septembre 2023, l’acquisition de RBC Investor Services’ en Europe, hors entités Jersey et UK, est finalisée et l’entité a été renommée CACEIS Investor Services Bank (« ISB »). ISB est intégrée dans le périmètre de consolidation de Crédit Agricole S.A. en tant que filiale de CACEIS.

Agenda financier

8 février 2024                Publication des résultats du quatrième trimestre et de l’année 20233 mai 2024                Publication des résultats du premier trimestre 202422 mai 2024                Assemblée générale1 août 2024                Publication des résultats du deuxième trimestre et du premier semestre 20246 novembre 2024        Publication des résultats du troisième trimestre et des neuf mois 2024

Contacts

CONTACTS PRESSE CRÉDIT AGRICOLE

Alexandre BaratOlivier Tassain + 33 1 57 72 12 19+ 33 1 43 23 25 41 alexandre.barat@credit-agricole-sa.fr olivier.tassain@credit-agricole-sa.fr
Mathilde Durand + 33 1 57 72 19 43 mathilde.durand@credit-agricole-sa.fr
Bénédicte Gouvert + 33 1 49 53 43 64 benedicte.gouvert@ca-fnca.fr

CONTACTS RELATIONS INVESTISSEURS CRÉDIT AGRICOLE S.A.

Investisseurs institutionnels + 33 1 43 23 04 31 investor.relations@credit-agricole-sa.fr
Actionnaires individuels + 33 800 000 777 (numéro vert France uniquement) relation@actionnaires.credit-agricole.com
     
Cécile Mouton + 33 1 57 72 86 79 cecile.mouton@credit-agricole-sa.fr
  Relations investisseurs actions :    
Jean-Yann AsserafFethi Azzoug + 33 1 57 72 23 81+ 33 1 57 72 03 75 jean-yann.asseraf@credit-agricole-sa.fr fethi.azzoug@credit-agricole-sa.fr
Joséphine Brouard + 33 1 43 23 48 33 joséphine.brouard@credit-agricole-sa.fr
Oriane Cante + 33 1 43 23 03 07 oriane.cante@credit-agricole-sa.fr
Nicolas Ianna + 33 1 43 23 55 51 nicolas.ianna@credit-agricole-sa.fr
Leila Mamou + 33 1 57 72 07 93 leila.mamou@credit-agricole-sa.fr
Anna Pigoulevski + 33 1 43 23 40 59 anna.pigoulevski@credit-agricole-sa.fr
Annabelle Wiriath + 33 1 43 23 55 52 annabelle.wiriath@credit-agricole-sa.fr
     
Relations investisseurs crédit et agences de notation :  
Rhita Alami Hassani + 33 1 43 23 15 27 rhita.alamihassani@credit-agricole-sa.fr
Gwenaëlle Lereste + 33 1 57 72 57 84 gwenaelle.lereste@credit-agricole-sa.fr
Florence Quintin de Kercadio + 33 1 43 23 25 32 florence.quintindekercadio@credit-agricole-sa.fr
     
     
     

Tous nos communiqués de presse sur : www.credit-agricole.com - www.creditagricole.info

1 Conquête brute des neuf premiers mois 2023 s’élève à 1 472 000 clients et le fonds de commerce à 349 000 clients2 Refinitiv3 Bloomberg4 Dont 587 milliards d’euros pour les Caisses régionales, 156 milliards d’euros pour LCL et 64 milliards d’euros pour CA Italie5 Signature d’un accord en vue d’une prise de participation majoritaire 6 Outil de gestion de flotte digital sur abonnement mensuel7 Extension de garanties8 Par ailleurs, acquisition d’une prise de participation de 9,9% du capital de Banco BPM9 Outil de gestion des avantages salariés10 Création d’une joint-venture pour développer des offres commerçantes innovantes11 Prise en compte pour le calcul de 50% des revenus de CA Auto Bank12 Ces chiffres intègrent certaines opérations déjà comptabilisées et des données prospectives.13 Hors coûts d’intégration14 Opérées par R3, dont CATE est actionnaire de référence

15 Avec un diagnostic en ligne, des recommandations et des estimations sur les travaux à effectuer ainsi que des informations sur les aides disponibles. En 2023, 1 million de visites est anticipé sur le site.

16 DVA (Debt Valuation Adjustment)17   A la suite des impacts non-récurrents du T2-23 liés à la réorganisation des activités « Mobilité » du Groupe CACF à hauteur de +140 m€, +19 m€ viennent s’ajouter sur le T3-23. Pour rappel, il s’agit de transferts de fonds de commerce, d’indemnités reçues et versées, du traitement comptable de l’intégration à 100% de CA Auto Bank (ex-FCA Bank), et de la réorganisation de l’activité de financement automobile au sein du Groupe CA Consumer Finance (en particulier la revue des solutions applicatives).18 Cf. plus de détails sur les éléments spécifiques en Annexes. 19 Le coût du risque sur encours (en points de base) sur quatre trimestres glissants est calculé sur la base du coût du risque des quatre derniers trimestres auquel est rapporté la moyenne des encours de début de période des quatre derniers trimestres après réintégration des encours de CA Auto Bank20 Le coût du risque sur encours (en point de base) annualisé est calculé sur la base du coût du risque du trimestre multiplié par quatre auquel est rapporté l’encours de début de période du trimestre après réintégration des encours de CA Auto Bank21   A la suite des impacts non-récurrents du T2-23 liés à la réorganisation des activités « Mobilité » du Groupe CACF à hauteur de +140 m€, +19 m€ viennent s’ajouter sur le T3-23. Pour rappel, il s’agit de transferts de fonds de commerce, d’indemnités reçues et versées, du traitement comptable de l’intégration à 100% de CA Auto Bank (ex-FCA Bank), et de la réorganisation de l’activité de financement automobile au sein du Groupe CA Consumer Finance (en particulier la revue des solutions applicatives)..

22 Données 30/09/2023 pour Crédit Agricole SA et Groupe Crédit Agricole. Analyse faite à partir des publications 30/09/2023 sur les prêts à la clientèle, les encours Stage 3 et les provisions Stage 1, 2 et 3 de ING, la Société Générale, Banco Santander, Standard Chartered, Barclays, BNP Paribas, Deutsche Bank, HSBC, UBS et Unicredit. Au 30/06/2023 pour Groupe BPCE (1) Encours bruts de prêts à la clientèle hors établissements de crédit23 Nombre de profils actifs sur Ma Banque correspondant à au moins une synchronisation dans le mois

24 Signatures initiées en mode dépose BAM (Banque accès multicanal) dont le support final de signature est BAM, Portail client mobile ou Ma Banque25 Production habitat en France en baisse de -44,3% fin Aout 2023 selon la Banque de France26 Dividende SAS Rue La Boétie versé au deuxième trimestre annuellement27 DVA (Debt Valuation Adjustment)28   A la suite des impacts non-récurrents du T2-23 liés à la réorganisation des activités « Mobilité » du Groupe CACF à hauteur de +140 m€, +19 m€ viennent s’ajouter sur le T3-23. Pour rappel, il s’agit de transferts de fonds de commerce, d’indemnités reçues et versées, du traitement comptable de l’intégration à 100% de CA Auto Bank (ex-FCA Bank), et de la réorganisation de l’activité de financement automobile au sein du Groupe CA Consumer Finance (en particulier la revue des solutions applicatives).

29 Sous-jacent, hors éléments spécifiques. Cf. plus de détails sur les éléments spécifiques en Annexes. 30 Impact en revenu CA Auto Bank : +202 m€31 Impact en revenu RBC IS Europe : +103,5 m€ 32 +5,9% tenant compte de la reprise de provision Epargne Logement pour 52 m€33 Variation à change courant ; +45% à change constant34 Hors éléments spécifiques, en vision sous-jacente ; périmètre CAsa hors AHM et hors assurance35 Effet périmètre : SFS / CAAB (+73 millions d’euros), Asset Servicing / RBC IS Europe (+105,6 millions d’euros)

36 Taux de provisionnement calculé avec au dénominateur les encours en « stage 3 », et au numérateur la somme des provisions enregistrées en ‘’stages’’ 1, 2 et 337 Le coût du risque sur encours (en points de base) sur quatre trimestres glissants est calculé sur la base du coût du risque des quatre derniers trimestres auquel est rapporté la moyenne des encours de début de période des quatre derniers trimestres 38 Le coût du risque sur encours (en points de base) annualisé est calculé sur la base du coût du risque du trimestre multiplié par quatre auquel est rapporté l’encours de début de période du trimestre39   A la suite des impacts non-récurrents du T2-23 liés à la réorganisation des activités « Mobilité » du Groupe CACF à hauteur de +140 m€, +19 m€ viennent s’ajouter sur le T3-23. Pour rappel, il s’agit de transferts de fonds de commerce, d’indemnités reçues et versées, du traitement comptable de l’intégration à 100% de CA Auto Bank (ex-FCA Bank), et de la réorganisation de l’activité de financement automobile au sein du Groupe CA Consumer Finance (en particulier la revue des solutions applicatives)..

40 Sous-jacent, hors éléments spécifiques. Cf. plus de détails sur les éléments spécifiques en Annexes41 Voir détails du calcul du ROTE (retour sur fonds propres hors incorporels) et du RONE (retour sur fonds propres normalisés) des métiers42 Le RNPG sous-jacent annualisé correspond à l’annualisation du RNPG sous-jacent (T1x4 ; S1x2 ; 9Mx4/3) en retraitant chaque période des impacts IFRIC afin de les linéariser sur l’année

43 Périmètre : Dommages France et international44 Ratio combiné dommage (Pacifica) y.c actualisation et hors désactualisation : (sinistralité + frais généraux + commissions) / cotisations, net de réassurance ; Ratio combiné hors effets d’actualisation et désactualisation : 98,1%45 Sources : MorningstarFundFile, ETFGI. Fonds ouverts European & cross-border (hors mandats et fonds dédiés). Données à fin septembre 2023.46 Actifs Moyen-Long Terme47 Collecte nette incluant les actifs conseillés et commercialisés et les fonds de fonds, comprenant 100 % de la collecte nette des JV asiatiques ; pour Wafa Gestion au Maroc, la collecte nette est reprise pour la part d’Amundi dans le capital de la JV48 LCL Banque Privée et Indosuez Wealth Management49 Montant d’allocation de CSM et de RA y.c assurance obsèques50 Montant d’allocation de CSM et de RA 51 Net du coût de la réassurance, hors résultat financier52 Rythme de croisière IFRS17 : c’est-à-dire, après retraitement de l’effet de base de 2022 qui ne tenait pas compte des décisions de gestion sur les placements mises en œuvre en fin d’année 2022 (cantonnement des fonds propres et désensibilisation du portefeuille)53 Périmètre Indosuez Wealth Management54 Les éléments spécifiques du trimestre de la BFI ont un impact de +0,6 millions d’euros dans la banque de financement et se composent du DVA (la partie spread émetteur de la FVA, et le secured lending) pour +2,1 millions d’euros, ainsi que de la couverture des portefeuilles de prêts pour -1,5 million d’euros55 Refinitiv56 Bloomberg57 Prestation opérationnelle de tenue des registres, d’organisation d’Assemblées générales et autres services aux émetteurs en France58 RBC Investor Services en Europe est devenu CACEIS Investor Services Bank («ISB») et est consolidé depuis le T3-2023, hors entités Jersey et UK dont les closings sont prévus dans les prochains trimestres59 Impacts de la consolidation d’ISB sur le T3-2023 : PNB +103,5 m€, charges -105,7 m€ et RNPG -1,1 m€60 RBC Investor Services en Europe est devenu CACEIS Investor Services Bank («ISB») et est consolidé depuis le T3-2023, hors entités Jersey et UK dont les closings sont prévus dans les prochains trimestres61Impacts de la consolidation d’ISB sur le T3-2023 : PNB +103,5 m€, charges -105,7 m€ et RNPG -1,1 m€62 Avant minoritaire63 CA Auto Bank, JV automobiles et activités auto des autres entités64 La réorganisation des activités Mobilité du Groupe CA Consumer Finance a impacté de façon exceptionnelle le deuxième trimestre (+140 millions d’euros en RNPG) et le troisième trimestre (+19 millions d’euros en RNPG) 2023 sur l’ensemble des Soldes Intermédiaires de Gestion au titre des transferts de fonds de commerce, d’indemnités reçues et versées, du traitement comptable de l’intégration à 100% de CA Auto Bank (ex-FCA Bank), de la réorganisation de l’activité de financement automobile au sein du Groupe CA Consumer Finance (en particulier la revue des solutions applicatives)65 Contribution de 202 millions d’euros sur le trimestre en PNB66 Contribution de -73 millions d’euros sur le trimestre en charges67 Contribution de -28 millions d’euros sur le trimestre en coût du risque68 Coût du risque sur encours (en pb) annualisé calculé sur la base du coût du risque du trimestre multiplié par 469 Offre de prêts habitat à taux fixe à 2,99%, campagne commerciale menée sur les mois de avril à mai 2023.70 Sur neuf mois la conquête brute s’établit à 130 000 clients en 2023 et la conquête nette à 45 000 clients 71 Assurances automobile, MRH, santé, juridique, tous mobiles/portables ou GAV72 Net des encours POCI73 Source Abi Monthly Outlook October 23: -4,1% sept/ sept sur l’ensemble des crédits74 Au 30 septembre 2023, ce périmètre correspond à l’agrégation de l’ensemble des entités du Groupe présents en Italie : CA Italia, CACF (Agos, Leasys, CA Auto Bank), CAA (CA Vita, CACI, CA Assicurazioni), Amundi, CACIB, CAIWM, CACEIS75 Cession de 63,7% du capital de Crédit du Maroc le 6 décembre 2022 76 Excédent de liquidité en Ukraine déposé essentiellement auprès de la Banque centrale en Ukraine et rémunéré en moyenne à 19,2% au troisième trimestre 202377 Dont reprise sur provision Epargne Logement pour 52M€78 Sur 4 trimestres glissants79 Au 30 septembre 2023 ce périmètre inclus les entités de CA Italia, CA Polska, CA Egypte et CA Ukraine80 Provisionnement de -195 millions d’euros au titre du risque sur l’Ukraine, retraité en résultat sous-jacent du T1-2022

81 Sur quatre trimestres glissants82 Le coût du risque sur encours s’établit à 56 points de base en trimestre annualisé83 L’entité Crédit du Maroc est classée en IFRS 5 depuis le premier trimestre 2022 et la cession du contrôle (63,7%) a eu lieu au quatrième trimestre 2022. Les 15% restant sont à céder sous 18 mois 84 Au 30 septembre 2023, hausse du coussin contracyclique (43 bps au 30/09/2023 vs. coussin de 40bps au 30/06/2023 ), remontant l’exigence SREP à 9,3%85 Sur la base des données publiques des 12 G-SIB européennes, soit au 30/09/2023, pour GCA, Barclays, BNPP, Deutsche Bank, HSBC, ING, Santander, Standard Chartered, Société Générale, Unicredit, UBS et au 30/06/2023, pour BPCE. Données CASA au 30/09/2023. Ecart au SREP ou exigence en CET1 équivalente86 Dans le cadre de l’analyse annuelle de sa résolvabilité, le Groupe Crédit Agricole a choisi de renoncer à la possibilité prévue par l’article 72ter(3) de CRR d’utiliser de la dette senior préférée pour le respect du TLAC en 2023.87 Au 30 septembre 2023, hausse du coussin contracyclique (coussin de 39 pb au 30/09/2023 vs. 34 pb au 30/06/2023), remontant l’exigence SREP à 8,2% 88 Evolution de la VME hors OCI89 Y compris CA Auto Bank90 Y compris CA Auto Bank91 Montant brut avant rachats et amortissements92 Hors émission AT193 Montant brut avant rachats et amortissements94 Hors émission AT195 Hors émissions senior collatéralisées96 Hors émissions senior collatéralisées97 Hors émissions senior collatéralisées98 Hors émission AT199 Les IAP sont des indicateurs financiers non présentés dans les comptes ou définis dans les normes comptables et utilisés dans le cadre de la communication financière, comme le RNPG sous-jacent ou le ROTE, à titre d’exemples. Ils sont utilisés pour faciliter la compréhension de la performance réelle de la société. Chaque IAP est rapproché dans sa définition à des données comptables.

 

Pièce jointe

  • 2023 11 08_Crédit Agricole SA_CP_2023-T3_Resultats
Credit Agricole (EU:ACA)
Gráfico Histórico do Ativo
De Jan 2024 até Fev 2024 Click aqui para mais gráficos Credit Agricole.
Credit Agricole (EU:ACA)
Gráfico Histórico do Ativo
De Fev 2023 até Fev 2024 Click aqui para mais gráficos Credit Agricole.