Trois années de réelle collaboration intersectorielle suffiraient pour faire de la décarbonisation de l’industrie non plus un obstacle mais un atout économique incitant tous les acteurs industriels à accélérer leur transformation pour atteindre l’objectif de la neutralité carbone

Moins d'une entreprise sur cinq dans le monde (18 %) et moins d'une entreprise sur quatre en France (24%) est sur la bonne voie pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Plus d'un tiers des entreprises dans le monde (38 %) déclare ne pas pouvoir investir davantage dans la décarbonation compte tenu du contexte économique actuel, selon une nouvelle étude d'Accenture (NYSE : ACN). Pourtant, les dirigeants de l'industrie ont la possibilité de sortir de cette impasse économique en seulement trois ans. Ils doivent pour cela inventer de nouvelles stratégies de réduction de leurs émissions, compatibles avec la croissance des industries lourdes indispensables à l’économie, mais fortes consommatrices d'énergie : les secteurs de l’acier, des métaux et des mines, du ciment, des produits chimiques, du fret et de la logistique génèrent 40 % des émissions totales de CO2 dans le monde.

Publiée à l’occasion de la 28e Conférence des Parties des Nations Unies sur le changement climatique (COP28), cette étude analyse les engagements en termes de neutralité carbone, les activités de décarbonation et les données sur les émissions des 2 000 plus grandes entreprises au monde. Une enquête complémentaire auprès de plus de 1 000 dirigeants dans 14 industries et 16 pays, dont la France, a également été menée afin de comprendre les défis et les priorités à court terme de la décarbonisation industrielle.

Le rapport d'Accenture Destination net zéro a révélé que le nombre d'entreprises s’étant fixé des objectifs de neutralité carbone est passé de 34% en 2022 à 37% cette année. Mais la moitié (49,6 %) des entreprises qui fournissent des données sur leurs émissions ont vu ces dernières augmenter depuis 2016. Seul un tiers d'entre elles (32,5 %) réduisent leurs émissions, mais au vu des tendances observées actuellement, elles ne sont pas en mesure d'atteindre la neutralité carbone d'ici à 2050. Pour aborder la question au niveau de chaque entreprise, le rapport identifie un large éventail de leviers qui permettent d'accélérer la décarbonation. Ces mesures vont d’actions bien établies telles que l'amélioration de l'efficacité énergétique et le passage aux énergies renouvelables à des actions plus complexes telles que la mise en œuvre de technologies de l'information vertes, la réinvention des modèles d'entreprise et l'élimination du carbone.

« Il est encourageant de constater, cette année encore, une augmentation des engagements publics en faveur des objectifs de neutralité carbone. Mais l'adoption des principales mesures de réduction des émissions de CO2 n'est pas uniforme, certaines entreprises n'étant toujours pas en mesure de maîtriser les actions de base », déclare Jean-Marc Ollagnier, Directeur Général d'Accenture en Europe, « atteindre la neutralité carbone est une opportunité unique pour chaque organisation de se réinventer et de réinventer sa chaîne de valeur en alignant la croissance de l'entreprise sur l'impératif de la neutralité carbone, malgré les nombreux obstacles qu'elles doivent surmonter. Cependant, il ne s'agit pas seulement d'un défi pour l'entreprise, mais aussi pour son écosystème, car il est nécessaire de trouver une solution à la déconnexion entre l'offre et la demande. »

En interrogeant les dirigeants dans le cadre du rapport Powered for change, Accenture a constaté que la réinvention de l'industrie lourde est essentielle pour atteindre tous les objectifs mondiaux de neutralité carbone, à la fois parce qu'elle est l’émettrice mondiale la plus importante et en raison de son interdépendance avec l'industrie manufacturière ou « légère », qui comprend le papier, l'aérospatiale et la défense, l'automobile, l'équipement industriel, les sciences de la vie et les biens de consommation. Cependant, les aspects économiques de la décarbonisation et le décalage structurel entre les industries entravent tout progrès significatif. Pour surmonter ces obstacles, il faut :

améliorer l'accès et la disponibilité d'une énergie abordable et à faible teneur en carbone. Quatre dirigeants de l'industrie lourde sur cinq (81 %) prévoient qu'il leur faudra plus de 20 ans pour disposer de suffisamment d'électricité sans carbone pour décarboner leur industrie, les fournisseurs d'énergie se concentrant principalement sur la décarbonation de leurs propres activités.

renforcer la confiance dans la viabilité commerciale des produits à faible teneur en carbone. 95 % des dirigeants de l'industrie lourde estiment qu'il leur faudra au moins 20 ans pour fournir des produits ou des services neutres en carbone à un prix égal ou proche de celui des solutions à forte teneur en carbone. À peine un peu plus de la moitié (54 %) déclarent que les intentions d'achat futures des fabricants leur donnent suffisamment confiance pour investir dans la décarbonation.

résoudre la question de la gestion des coûts. Deux dirigeants des secteurs de l’industrie lourde sur cinq (40 %) déclarent qu'ils ne peuvent pas se permettre d'investir davantage dans la décarbonation dans le contexte économique actuel, et 63 % pensent que leurs mesures prioritaires de décarbonation ne seront pas économiquement attractives avant 2030.

« La décarbonation rapide et à un coût maîtrisé de l’industrie lourde requiert une action collective de l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur, ainsi qu’une transformation urgente accélérée. Nous pensons qu’en seulement trois ans, ces deux éléments combinés devraient permettre de dépasser les obstacles économiques qui existent actuellement en créant de nouvelles opportunités de croissance, et d’accélérer la transition vers la neutralité carbone », déclare Marie Georges, directrice exécutive, responsable de l’activité développement durable d’Accenture France et Bénélux, « si l’industrie lourde doit endosser seule l’ensemble du coût de la décarbonation et ne réussit pas à atteindre ses objectifs zéro carbone, ce sont toutes les industries qui échoueront ».

La plupart des organisations mettent en œuvre un cycle de planification stratégique de trois ans. Comme la majorité d’entre elles n’atteindront pas pleinement l’objectif de neutralité carbone, ce rapport présente les actions nécessaires, pour faire progresser la neutralité carbone sans compromettre la croissance économique. Pour y parvenir, trois étapes clés doivent être franchies au cours des trois prochaines années :

  1. Cibler les primes écologiques pour financer la première phase de la décarbonation industrielle. L'industrie légère doit être le fer de lance de cette initiative. Pour dégager des économies futures, il est essentiel d’absorber les coûts d’amorçage de la décarbonation et de savoir quels produits verts doivent être ciblés. 52 % des dirigeants de l’industrie lourde considèrent la croissance des revenus comme le principal moyen d'améliorer l'analyse de rentabilité économique de la décarbonisation.
  2. Accélérer la mise à l'échelle de l'énergie à faible teneur en carbone et de l'hydrogène pour garantir un approvisionnement abordable et sûr. Accenture prévoit que les coûts de l'énergie solaire et de l'hydrogène vert pourraient chuter respectivement de 77 % et 74 % d'ici à 2050, réduisant in fine les coûts des produits industriels verts. En outre, près des deux tiers (64 %) des compagnies pétrolières, gazières et électriques estiment que leurs clients industriels et logistiques sont prêts à conclure des partenariats de décarbonisation à long terme, contribuant ainsi à l'instauration d'un cercle vertueux.
  3. Réduire les dépenses d'investissement et d'exploitation liées aux infrastructures à faible émission de carbone. Il est essentiel que les réductions de coûts, qui relèvent principalement de l'industrie lourde, soient pleinement réalisées pour favoriser la décarbonation. D'après l’analyse d’Accenture, il existe ainsi un potentiel important de réduction des coûts (49 % d'ici 2050) dans l'acier vert grâce à la réduction des coûts de construction et d'équipement.

« Afin de générer la croissance du business qui est indispensable pour rendre les objectifs zéro carbone atteignables, ces trois leviers doivent être activés en parallèle et à l’échelle, en commençant dès à présent », relève Marie Georges, « l’ensemble des parties prenantes mondiales, toutes industries et gouvernements confondus, doivent se rassembler afin de créer une nouvelle frontière pour l’économie de la décarbonation, en dotant l’industrie lourde de bases solides pour se réinventer ».

Méthodologie Pour Destination net zero, Accenture a travaillé avec The SmartCube pour collecter des données sur le G2000 à travers un ensemble de critères relatifs à la décarbonisation. Cette recherche, qui en est à sa troisième édition, a consisté en une analyse de la documentation publique des entreprises (sites web, rapports annuels et rapports de développement durable). Cette approche a permis à Accenture de construire une base de données exclusive sur les objectifs de décarbonisation et les leviers adoptés par les entreprises du G2000. Les données sur les émissions ont été extraites de S&P Global Market Intelligence, Sustainable1.

Pour Powered for change, Accenture a réalisé en avril-mai 2023 une enquête mondiale auprès de 1 000 cadres de direction dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l'électricité, de l'industrie lourde et de l'industrie légère. L'enquête s'est concentrée sur les défis et les priorités à court terme de la décarbonisation industrielle, les attentes concernant les émissions des Scopes 1 à 3, et les principaux leviers de revenus et de coûts pour améliorer l'analyse de rentabilité financière des solutions de décarbonisation sélectionnées. Parallèlement, Accenture a mené une série d'entretiens qualitatifs et de modélisations technico-économiques qui ont utilisé l'analyse de la courbe en S exclusive d'Accenture pour quantifier les facteurs de coûts pour les voies de décarbonisation sélectionnées dans les scénarios choisis.

A PROPOS D’ACCENTURE Accenture est un leader mondial de services professionnels qui aide les plus grandes entreprises, gouvernements et autres organisations à construire leur noyau numérique, à optimiser leurs opérations, à accélérer la croissance de leur chiffre d'affaires et à améliorer les services aux citoyens, créant ainsi une valeur tangible à grande vitesse et à grande échelle. Nous sommes une entreprise axée sur le talent et l'innovation, qui compte environ 733 000 personnes au service de clients dans plus de 120 pays. La technologie est aujourd'hui au cœur du changement, et nous sommes l'un des leaders mondiaux dans la conduite de ce changement, avec de solides relations avec l'écosystème. Nous combinons notre force technologique et notre leadership dans les domaines du cloud, des données et de l'IA avec une expérience sectorielle inégalée, une expertise fonctionnelle et une capacité de livraison globale. Notre large gamme de services, de solutions et d'actifs dans les domaines de la stratégie et du conseil, de la technologie, des opérations, de l'industrie X et d'Accenture Song nous permet d'obtenir des résultats tangibles. Ces capacités, associées à notre culture du succès partagé et à notre engagement à créer de la valeur à 360°, nous permettent d'aider nos clients à se réinventer et à construire des relations durables et de confiance. Nous mesurons notre succès à la valeur à 360° que nous créons pour nos clients, nos collègues, nos actionnaires, nos partenaires et nos communautés. Visitez-nous à l'adresse : www.accenture.fr

###

Copyright ©2023 Accenture. Tous droits réservés. Accenture et son logo sont des marques déposées d'Accenture.

Contact presse : Velislava Le Fevre +1 53 23 46 18 / 07 89 35 99 06 velislava.lefevre@accenture.com

Accenture (NYSE:ACN)
Gráfico Histórico do Ativo
De Mar 2024 até Abr 2024 Click aqui para mais gráficos Accenture.
Accenture (NYSE:ACN)
Gráfico Histórico do Ativo
De Abr 2023 até Abr 2024 Click aqui para mais gráficos Accenture.